IL A MENACÉ D’ASPERGER D’ACIDE LES FEMMES MANIFESTANT À ALGERL’énergumène de Londres sous les verrous

0
Les Algériens prônent la tolérance zéro

Ces arrestations sont une autre victoire pour les Algériens qui, non seulement sont en train de se débarrasser, ensemble, de la «gangrène» politique, mais aussi sociétale.

Les voyous n’ont qu’à bien se tenir: les citoyens veillent au grain! En effet, depuis le 22 février dernier l’Algérie se dote d’une vraie société civile qui se mobilise comme un seul Homme pour le pays et ses habitants. On a ainsi pu voir les belles initiatives de civisme pendant et en dehors des manifestations, mais pas seulement! La semaine dernière a été marquée par des actes de violence et de menace de la part de voyous. À l’image de l’énergumène installé, tenez-vous bien, à Londres, qui a appelé à asperger les femmes d’acide pendant les marches anti-pouvoir. Le «courageux» individu s’est par la suite excusé de ce dérapage, mais c’était trop tard!
Les Algériens qui prônent la tolérance zéro pour ce genre de comportements se sont mobilisés afin de mettre fin à ses agissements et l’envoyer au trou. Des plaintes ont été déposées en Algérie, mais aussi au Royaume Uni. Le parquet de Londres, après avoir vu cette vidéo des plus menaçantes, a ordonné l’arrestation du prévenu, au nom de Toufik H. (39 ans) résidant à Bracknell (sud-est de Londres). Un communiqué de la police londonienne a indiqué que le suspect, qui a également encouragé d’autres «à la violence à l’égard des manifestantes, a été libéré sous caution jusqu’au 2 mai». La police poursuit son enquête sur les circonstances entourant cet incident, précise la même source. L’ambassade de la Grande-Bretagne à Alger a relayé cette information avant que le chancelier anglais ne la re-tweet en se félicitant de la réaction rapide de la police de son pays. «Non à la violence contre les femmes», a soutenu, Barry Lowen, l’ambassadeur du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et de l’Irlande du Nord en Algérie. L’inquisiteur des temps modernes, réfugié en Angleterre, risque également des poursuites en Algérie. Le procureur de la République près le tribunal de Sidi M’hamed à Alger avait annoncé avoir ouvert une enquête sur les menaces lancées sur les réseaux sociaux par un individu à l’encontre de militantes qui manifestent pour les droits des femmes en Algérie. «Suite à la diffusion d’une vidéo sur les réseaux sociaux comportant des menaces à l’encontre de nos concitoyennes, le parquet de la République prés le tribunal de Sidi m’hamed, sur auto-saisine, informe l’opinion publique qu’une enquête a été ouverte sur ces faits qui revêtent un caractère pénal exposant son auteur à des poursuites judiciaires», a assuré la cour d’Alger dans un communiqué publié jeudi soir. La justice a également ordonné l’ouverture d’une enquête sur les agresseurs, à l’arme blanche, de la marche de vendredi au niveau de la place Maurice Audin. Les auteurs qui ont été photographiés et identifiés par les citoyens ont vite été arrêtés par la police nationale. Une enquête est en cours, les voyous sont en prison et risquent d’y passer un bon bout de temps! Ces arrestations sont une autre victoire pour les Algériens qui, non seulement sont en train de se débarrasser de la «gangrène» politique, mais aussi sociétale. Ce sont eux qui ont retrouvé les auteurs, qui les ont dénoncés et qui ont déposé plainte. On n’a jamais vu une mobilisation pareille contre ce type de dérive. D’ailleurs, même durant les sept semaines de mobilisation, on a vu des jeunes et moins jeunes prendre à partie tout fauteur de troubles. Ils les ont même neutralisés avant de les confier aux services de sécurité qui s’occupent de leurs cas respectifs. On n’est plus devant un égoïsme sociétal où l’on tourne la tête alors qu’une jeune fille se fait agresser devant nous, mais on s’oppose afin, comme dit le slogan en vogue, «Yatrabaw gaâ!»…

Source : lexpressiondz.com

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here