IL DIT SOUTENIR UNE SOLUTION ÉMANANT DU PEUPLE : «La feuille de route de Bensalah est mal partie !»

0

Pour Seddik Chihab, député du RND, initiateur de la campagne pour le départ d’Ahmed Ouyahia de la tête du parti, la feuille de route du chef d’État par intérim, Abdelkader Bensalah, où il a annoncé l’organisation des élections présidentielles le 4 juillet, est un échec. «Cette feuille de route est mal partie», a-t-il commenté la démarche de l’ex-président du Sénat, et qui a essuyé un boycott massif de la part de la classe politique, la société civile et autres composantes des forces vives de la nation. À cet effet, notre invité a affirmé que le Rassemblement national démocratique ne pourra adopter en ce moment qu’une seule feuille de route. Notamment celle imposée par le mouvement populaire pacifique. Sans beaucoup s’attarder d’ailleurs sur la feuille de route du pouvoir et les élections présidentielles avec. Chihab s’est contenté de dire : «Je ne sais pas si ces dernières (élections : ndlr) seront maintenues ou annulées car je n’ai pas d’éléments sur ce propos. Par contre, il est bien clair que la feuille de route de Bensalah est mal partie», réaffirme-t-il. Afin de sortir de la crise à laquelle est confronté le pays, depuis le mouvement populaire entamé le 22 février, qui a permis au peuple, d’après l’ex-porte-parole du RND, «de reprendre la confiance en lui même et en son pays», Chihab appelle les acteurs de la scène politique nationale de participer à un débat national pour élaborer une plateforme pour s’entendre sur le minimum consensuel. «Nous devons, en tant que parti politique, s’adapter avec les revendications populaires en fonction de la vision du parti et ses principes», explique-til, ajoutant que : «Nous ne devons pas trop s’éloigner de la Constitution, en injectant des éléments politiques de façon intelligente pour qu’on puisse avancer.» Toutefois, l’urgence pour Chihab, c’est d’aller «vers les élections présidentielles le plus tôt possible.» «La justice doit s’appliquer sans discontinuité» Abordant les poursuites judiciaires contre des responsables publics et des hommes d’affaires en lien avec la corruption, l’invité de notre journal pense que c’est une bonne chose. En d’autres termes, «on commence à appliquer la loi pour tout le monde». « Il y a des gens, hier de hauts privilégiés qui se présentent aujourd’hui devant la justice. C’est un bon pas vers la libération de la justice et vers la construction d’un État de droit», affirme Chihab, ajoutant : «Je pense que la justice a devant elle une occasion en or qu’elle doit saisir en faisant preuve d’impartialité et de plus de vaillance». Le militant du RND a invité, par la suite, la justice à traiter les dossiers en toute liberté et avec le sérieux qu’impose le domaine. Pour clore ce chapitre, Chihab dit : «celui qui est impliqué dans une affaire de corruption, sans exception, doit être arrêté». « Il faut appliquer la justice sans discontinuité», conclut l’exporte- voix du parti d’Ouyahia.

Sarah Oubraham

Source : lecourrier-dalgerie

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here