in

Il serait en train de causer des ravages au sein de nos ados : Alerte aux dangers du « TikTok » !

Autrefois appelée Musica.ly, l’application TikTok compte déjà plus de 500 millions d’utilisateurs à travers le monde. Devenue incontournable pour les adolescents, elle pose également énormément de questions. Le principe de l’application TikTok (autrefois Musical.ly) est aussi simple qu’efficace : face à la caméra de votre téléphone, vous chantez en play-back ou imitez des répliques de films devant le regard (sûrement) ébloui des autres utilisateurs qui peuvent regarder, aimer, commenter et partager votre publication qui vous avez agrémentée de filtres, ralentis et montages si vous êtes perfectionniste. La majorité des utilisateurs n’a pas encore atteint l’âge de 16 ans. Certains sont même âgés de 10 et 11 ans malgré les interdictions. Ils représentent donc une tranche d’âge en pleine « crise identitaire et influençable», selon les termes de Télérama. Et sur Tiktok, ils baignent dans une ambiance de superficialité à outrance et culte du corps : « Tout est fait pour être beau et faire envier les autres ». Certaines utilisatrices, dans leur course aux likes, se filment en sous-vêtements, dénudées et ultra-maquillées. Sur TikTok, ce sont des vidéos à caractère sexuel. A cet effet, le ministère de l’Éducation à enfin réagi, via une note envoyée, à toutes les directions de l’éducation de wilayas et à tous les établissements scolaires pour les avertir sur l’utilisation par les élèves de l’application de partage de vidéos musicaux Tik Tok. Datée du lundi 13 janvier 2019, la note qui porte le numéro 36 et qui est signée par le secrétaire général du ministère de l’Éducation Abdelhakim Belabed, met en garde contre « une mauvaise utilisation des réseaux sociaux ». « Tik Tok, qui est une plateforme médiatique sociale qui, à l’image des autres plateformes connues comme Facebook, Twitter et Instagram, constitue un danger surtout pour les mineurs. Elle permet le partage des représentations artistiques (chants, danses, clowneries, imitations, défis…) sous la forme de courts extraits vidéo », est-il écrit dans la note. La facilité de partage des extraits, selon le même document, explique le danger de Tik Tok. « En ce sens, des défis sont proposés par les utilisateurs de l’application, souvent inconnus pour certains. Cela peut exposer leurs vies au danger. Il y a aussi des positions immorales et incorrectes pouvant exposer les jeunes et les mineurs à du chantage et à l’exploitation de la part de délinquants et de rabatteurs », est-il détaillé. Pour le ministère de l’Éducation, la sensibilisation contre cette application est nécessaire, pour alerté les jeunes adolescents et leurs et leurs parents, sur les dangers que peut provoquer une mauvaise utilisation des technologies numériques en général et des réseaux sociaux en particulier, précisé le ministère dans sa note. Cette note est accompagnée par « un guide de bonnes pratiques » sur l’utilisation des réseaux sociaux. Le département de Nouria Benghrebrit demande à ce que ce guide soit « largement » diffusé dans le milieu scolaire et familial.”A mesure que la popularité de ces médias sociaux grandit notamment, l’application “Tik Tok”, les risques liés à leur utilisation augmentent aussi. Les pirates, les spammeurs, les auteurs de virus et les voleurs d’identité, et autres criminels suivent également cette tendance”, a fait savoir le ministère. “Tik Tok”, étant une plateforme médiatique sociale qui, à l’image des autres plateformes connues comme Facebook, Twitter et Instagram, constitue un danger surtout pour les mineurs, elle permet le partage des représentations artistiques (chants, danses, clowneries, imitations, défis…) sous forme de courts extraits vidéo. Organisé autour de quatre (4) chapitres, ce guide est axé sur la protection du compte, de la vie privée, contre les logiciels malveillants, et contre les Spams, abus et harcèlement. Le département de Nouria Benghabrit appelle à définir, à titre d’exemple, un mot de passe fort combinant lettres, chiffres et signes spéciaux, un mot de passe différent de celui utilisé sur les comptes des réseaux sociaux. Il préconise, également, la protection des Smartphones afin d’empêcher son utilisation par un tiers. Aussi, le guide élaboré par le secteur de l’Education nationale met en avant l’impératif de vérifier régulièrement les paramètres de confidentialité de son profil et effectuer les modifications nécessaires, de ne pas divulguer d’informations personnelles ou professionnelles sur les réseaux sociaux, de ne pas partager de photos, ou d’informations concernant les membres de sa famille, des ses amis ou d’autres personnes sans leur consentement. Vérifier les autorisations requises par les applications avant de les associer à son compte, a également été souligné. En cas de menace, de harcèlement ou de soupçon qu’on est victime d’escroquerie ou d’abus, il y a lieu d’en informer immédiatement les services de police ou de gendarmerie, a précisé le guide qui met l’accent sur l’importance pour l’utilisateur d’apprendre à distinguer les messages authentiques des messages de phishing. Pour rappel, ce guide s’inscrit dans le cadre d’une correspondance du ministère de la Poste, des Télécommunications, des Technologies et du Numérique, numéro 22, du 9 janvier 2019.
I.H.

Source : tribunelecteurs

tribunelecteurs

Partagez l'article :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *