Ils réclament le départ de l’actuel directeur : Les mandataires du marché des Eucalyptus en colère

0

La tension est montée, hier, d’un cran, au marché de gros des fruits et légumes des Eucalyptus à Alger, où les mandataires sont entrés en contestation en vue de dénoncer ce qu’ils appellent « une mauvaise gestion au niveau du marché ». Réclamant le départ immédiat du directeur du marché, Attar Redha Bouteldja, les commerçants reprochent à celui-ci ses magouilles et sa gestion archaïque du marché de gros qui alimente 10 wilayas du centre du pays. Contacté par nos soins, Madjber Mohamed Reda, représentant des mandataires, nous a affirmé que ces derniers « réclament le départ immédiat du directeur du marché ». « Celui-ci a été nommé, comme directeur du marché, au début de l’année 2017. Pourtant il fut au centre d’un scandale de corruption à l’Office des parcs, des sports et de loisirs (Opla)  », nous a affirmé M. Medjber. Menaçant de radicaliser leur mouvement de protestation si cette revendication n’est pas satisfaite dans les trois prochains jours, le représentant des mandataires a indiqué qu’un mouvement de grève nationale au niveau de tous les marchés de gros sera déclenché après cette date buttoir. «  Nous refusons tout dialogue avec la tutelle jusqu’au départ du directeur du marché », a-t-il encore précisé.
«Le représentant de la direction du commerce s’est déplacé sur les lieux aujourd’hui (Hier, Ndlr). Celui-ci nous a promis de transmettre cette doléance à la tutelle », a-t-il assuré, indiquant qu’un délai de 3 jours a été donné à cette dernière pour limoger le concerné. D’autre part, notre interlocuteur a nié que la contestation ait un lien avec la liste des tarifs de référence fixée par le ministère du Commerce. «Certaines chaînes de télévision privées ont affirmé que la contestation a pour but de protester contre la liste des prix établie par le ministère du Commerce, ce qui est littéralement faux ». «  Nous respectons les consignes de la tutelle », a assuré M. Medjber, en précisant que l’activité commerciale est assurée au niveau du marché en respect des lois. Dénonçant les magouilles du directeur, Attar Redha Bouteldja, notre interlocuteur a affirmé que les scandales se sont multipliés depuis qu’il a été nommé. «  Ce dernier a même tenté de confisquer un carreau à une femme, qu’elle a hérité de son père. C’est scandaleux », a-t-il déclaré. Pour sa part, le président de l’Association des commerçants et artisans algériens (ANCA), Hadj Tahar Boulanouar, a affirmé que ce mouvement de contestation a été lancé en guise de soutien à 4 mandataires interdits d’exercer au sein du marché. «Ces mandataires ont tenté, à maintes reprises de régulariser leur situation, mais l’administration a toujours entravé ce processus », a-t-il dit, qualifiant la démarche d’ « illégale ». S’interrogeant pourquoi la décision d’interdiction a eu lieu au premier jour du Ramadhan, le président de l’ANCA s’est demandé si des personnes poussent au pourrissement. «  Nous connaissons, tous, les problèmes liés à l’approvisionnement du marché durant ce mois sacré du jeûne, c’est pas le moment de jeter de l’huile sur le feu », a-t-il indiqué.
À noter que le marché de gros des Eucalyptus est géré par une SPA et une Epic. Il compte 80 carreaux qui alimentent 10 wilayas du centre du pays. Un mouvement de grève dans le marché pourrait entraîner une hausse vertigineuse des prix des fruits et légumes.
Lamia Boufassa

Source : lecourrier-dalgerie

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here