Incendie en Kabylie : un feu qui réveille la conscience des citoyens.

Algérie- Tout est insignifiant face au feu et tout est essentiel face aux incendies, tout va mal pour ce pays qui depuis quelques jours fait face à des incendies. Des journées d’amertume et de tristesse pour les habitants qui, malgré tout font preuve d’héroïsme.

100 incendies, en une journée dans près de 17 wilayas. Un enfer qui ravage surtout la Kabylie et exile ses enfants. Des dizaines de morts. Des sacrifiés, des biens perdus, des exilés à l’intérieur de leurs terres. En une journée seulement, on a vu ce qui fait la grandeur de ce pays et sa fragilité immense. S’y révèle ce qui peut le sauver et ce qui peut le détruire à jamais : la solidarité ou la démission ou les oppositions tapageuses. Mais on a beau essayer de s’occuper de l’essentiel aujourd’hui, c’est-à-dire collecter, aider, loger, nourrir, 100 incendies en même temps, au même moment, laissent entrevoir un autre ennemi invisible, des promoteurs de la terre brûlée, littéralement. On a beau résister à la théorie du complot, car devenue une ficelle usée, elle s’impose aujourd’hui : après la tentative de brûler le Sud algérien en manipulant les misères, c’est au tour de son nord. On y saisit alors cette vérité monstrueuse : en nous-mêmes, avec ceux qui allument ces feux et avec ceux qui luttent contre au prix de leur vie, on a le monstrueux et l’héroïque. C’est ce qui nous sauvera ou nous détruira.

Lire cet article  Chanez Belaid, Miss Algérie est désormais célibataire

La Kabylie qu’on brûle, et le pays qu’on incendie avec elle, est aujourd’hui la terre qui nous unit et nous révèle. Le champ de nos morts perdus et des vivants admirables. La terre où l’on brûle et où l’on peut semer un avenir, malgré les cendres. Ce pays est aujourd’hui à un tournant. Il a toutes les raisons de s’effondrer et toutes les autres de se relever. S’alignent les planètes mauvaises de ceux qui pratiquent le démenti des réalités et de ceux qui règlent leurs comptes politiques, et s’érige le corps sublime et foncé de ceux qui tentent d’incendier les feux et les sinistres de nos âmes. On peut alors se disperser et partir. Ou peut y rester et y croire. Mais pour cela, nous avons besoin de croyances nouvelles, et ceux qui sont morts hier nous les offrent. Mieux que mille discours du Régime ou mille conjugaisons de ses oppositions. D’un rêve ramené à nos mesures, mais élagué des fausses branches.

D’indignité en perspective, de petite mort que ne stoppera pas la nostalgie. Partir ? Oui, mais on y perd immensément en gagnant un peu. On peut quitter ce pays et on a raison. Et on peut rester parce que le pays n’est pas le chant patriotique ni un Régime, mais ses proches, la rue de l’enfance, des habitudes, des commerces, des adversaires mêmes.

Lire cet article  De nouvelles nominations à la tête de Mobilis et Algérie télécom

Ou rester et en mourir. De manque d’air, de place, d’eau, de sécurité, de santé et d’espoir. De trop de médisance. C’est un choix. Car même en partant, on peut aider. Et même en restant, on peut incendier des forêts. Car un pays , c’est ce qu’on accomplit, pas ce qu’on hérite. Mais ce choix de baisser les bras et laisser les incendies avancer, personnellement, ne me sera jamais dicté par les voix du sinistre. Ceux qui aujourd’hui, d’ici ou de l’exil, répètent, tout en affirmant leur patriotisme virtuel ou d’affect, qu’on va vers la ruine et la mort, l’agenouillement. Que ce pays est mort et que c’est la faute de l’autre, toujours. S’il faut s’avouer vaincu, on le sera chacun par choix et pas par la loi de la fatalité. S’il faut perdre, autant à la fin de l’histoire.

Convois d’aides, héroïsme, solidarité face à l’enfer, élan et sacrifice vers la Kabylie et les autres foyers d’incendie. Ces moments sont le lieu de notre défaite et en même temps de la possibilité de résilience. La chance coûteuse de surmonter ce qui nous pousse à croire que tout est perdu. La révélation utile qui nous fait hurler de douleur.

Encore une fois, l’histoire de ce pays se raconte en un seul endroit, résumé dans la tragédie, la perte et l’héroïsme.

 

Abonnez-vous à notre chaine youtube

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

+ RECENTS