Infos top secret en Algérie : Bahet Lounis en prison depuis 4 mois

Algérie-Pour avoir uniquement partagé et commenté sur les réseaux sociaux un dessin de presse jugé attentatoire à l’intégrité morale de l’institution militaire en Algérie, le directeur de l’information de l’Agence APS, Bahet Lounis a été arrêté. Quatre mois déjà que le numéro 2 de l’agence de presse gouvernementale algérienne est incacéré.

Le journaliste algérien Bahet Lounis a été arrêté par un homme militaire, sa maison perquisitionnée par les services de sécurité et placés ensuite en détention provisoire par la justice pour avoir uniquement partagé et commenté sur les réseaux sociaux un dessin de presse jugé hostile et attentatoire à l’intégrité morale de l’institution militaire en Algérie. En effet, c’est un dossier judiciaire dont aucun élément n’a jamais pu fuir et la direction générale de l’APS s’est bien gardée de divulguer. Bahet Lounis a été arrêté brutalement, interrogé longuement et présenté ensuite devant un tribunal à Alger après avoir été déclaré aux autorités algériennes par l’un de ses collègues au sein de l’APS.

 Il a uniquement « Liké » et « partagé » un dessin de presse, à savoir une simple caricature du dessinateur Ghilas Ainouche qui est établi depuis plusieurs mois en France après avoir fui la répression et la dictature en Algérie. Une démarche qui offusquerait et scandaliserait l’un de ses collègues qui avait jugé utile d’avertir les services afin de « dénoncer un acte de sécurité de trahison ». Le dessin en question critique et épingle les généraux de l’institution militaire algérienne. Il s’agit d’une simple caricature partagée par Ghilas Ainouche sur les réseaux sociaux, à savoir Facebook et Twitter, ls derniers espaces de liberté d’expression en Algérie.

Lire aussi :
Quand des étrangers sans papiers  se passent pour des Algériens en France

En un temps record, la machine judiciaire et sécuritaire s’est mise en branle pour broyer Bahet Lounis. Ce dernier est même soupçonné de « connivence avec les lobbys marocains » parce qu’il était auparavant le correspondant de l’APS au Maroc à Rabat et Casablanca en 2011. La vie de Bahet Lounis a basculé ainsi dans un véritable cauchemar à cause d’ un simple… « Like et commentaire » d’un dessin de presse sur les réseaux sociaux. C’est une affaire inédite et extravagante qui en dit long sur la dimension totalement affolante et irrationnelle que revêt depuis plusieurs mois la répression massive des libertés fondamentales en Algérie par le pouvoir aux commandes du pays.

 

Abonnez-vous à notre chaine youtube

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

SUR LE FIL