Ingérence : le discours face à la réalité

5

Si les Algériens ont clairement rejeté, dès le début du mouvement du 22 février, toute ingérence étrangère, la réaction du pouvoir et des candidats à la résolution du Parlement européen ne suscite pas une grande adhésion populaire. 

Elle passait, hier, en boucle dans tous les flashs d’information des médias du pouvoir, y compris sur la radio publique  Chaîne III, replongée dans ses travers, après un intermède de “liberté” de quelques semaines : la résolution du Parlement européen adoptée jeudi et la cascade des réactions qu’elle a provoquées ont constitué l’essentiel de l’actualité mise en avant par les médias publics et les télés privées durant tout le week-end. Toutes les réactions enregistrées depuis l’annonce du débat en milieu de semaine écoulée ont été relayées, y compris celles du Parlement arabe, de l’ambassadeur chinois ou encore des partis de la défunte alliance présidentielle, FLN et RND, et de certaines organisations satellites, à l’image de l’UGTA, de l’Onec ou encore de l’UNJA ou du Cnes.

Particularité : à quelques exceptions près, toutes les réactions émanent des structures qui ont servi le régime de Bouteflika et qui constituent la base politique du système. Alors qu’elles passent sous silence le mouvement qui s’exprime chaque vendredi et chaque mardi, de nombreuses télés et radios ont utilisé les gros moyens pour couvrir la marche d’hier à laquelle a appelé l’UGTA à Alger, une marche qui s’est déroulée sous haute surveillance policière. Un présentateur d’un journal d’une télé privée s’est cru même en devoir de corriger l’“envoyée” sur place qui parlait de la présence de “dizaines” de manifestants, en lui soufflant qu’il s’agissait plutôt de “centaines”. La télé publique, elle, a consacré près d’une dizaine de minutes à la marche en question avec, comme d’ordinaire, de gros plans sur la manif, histoire d’accréditer la thèse de son “importance”.

Lire aussi  L’Algérie considère l’ouverture de consulats au Sahara Occidental comme « violation des normes du droit international »

Si les Algériens, très sensibles à la question, ont dès le début du mouvement, en février dernier, exprimé clairement le rejet de toute ingérence étrangère, qu’elle qu’en soit la nature, comme on a pu le voir à travers des slogans rédigés même dans la langue de Shakespeare, il reste que la réaction épidermique du pouvoir et des candidats, confrontés à une laborieuse campagne, ne suscite pas une grande adhésion populaire. Même lors des marches du vendredi, on a peu fait cas de cette résolution. C’est que, désormais, on ne croit plus aux cris d’orfraie des tenants du pouvoir, avec lesquels la confiance est rompue.
Et pas seulement : les arguments pèchent par quelques contradictions, comme l’ont relevé de nombreux internautes. Outre qu’elle n’est pas contraignante, la résolution n’évoque que les “arrestations, les intimidations et les violations des libertés”, des dossiers dans lesquels l’Algérie est tenue par ses engagements internationaux. Mais, au-delà, certains s’interrogent sur le sens à donner à ce rejet sélectif de l’ingérence étrangère dans nos affaires intérieures. Des épisodes qui auraient pu, à raison, susciter l’indignation de ceux qui crient aujourd’hui à l’ingérence et qui ont été passés sous silence ne manquent pas : la réaction de certaines instances étrangères à cette prétendue “ingérence”, ou le soutien apporté par d’autres capitales à l’élection, relayées par les médias locaux, l’exposé d’Abdelkader Bensalah devant Vladimir Poutine sont, dans un sens ou dans l’autre, des immixtions dans un débat politique interne à l’Algérie.

Lire aussi  62 magistrats démis de leurs fonctions (liste)

On peut citer aussi la contribution de certaines compagnies dans l’élaboration d’un texte de loi, révélée par un ministre, non pour la déplorer, mais pour s’en féliciter.
Il y a manifestement des ingérences dont le pouvoir et ses soutiens s’accommodent. Les tenants du pouvoir, espérant titiller l’orgueil des Algériens pour les amener à changer de regard sur l’élection présidentielle du 12 décembre, n’expriment, à vrai dire, qu’un désarroi face à un rendez-vous électoral qui ne suscite pas une réelle adhésion du peuple. Et l’histoire nous apprend que partout dans le monde, l’ingérence étrangère prend souvent comme point d’appui le manque de légitimité des pouvoirs en place.
K. K.

Source :

5 Commentaires

  1. quand vous voyez le nom du députe Glucksmann qui a lancé l’affaire au parlement européen en comprend mieux pourquoi le hirak continue même avec le départ de Bouteflika les vautours sioniste sont aux aguets pour dévoré les richesse de l’Algérie pourquoi ne pas s’inquiéter des gilet jaune et pourquoi les philosophes algériens ne s’inquiète pas de se qui se passe en France avec les gilet jaune martyrisé

  2. A nice,
    Les gilets Jaunâtres ne sont pas plus de 20 millions comme le Hirak !
    Les gilets jaunes sont un ramassis de cas sociaux qui ont obtenu 17 milliards d’aides en plus payer par nos impôts.
    Les gilets jaunâtres veulent plus d’argent sans travailler, voilà pourquoi personne ne s’en occupe.

  3. pour qui tu roule bibi je te voit intervenir sur tout les articles qui parle de l’Algérie et comme par hasaed tu crache ton venin de discorde hont a toi et hirac peut-être 20million au départ mais plus maintenant sur et certain que quelque milliers tu peut crier se que tu veut je pense que vous éte que quelques un a aboyer car vous éte payé par une officine qui ne veut pas du bien a l’Algérie les gilet sont des gent eux qui travaille a la sueur de leur front il demande un minima sociaux mais juste bien vivre avec leur smic je me demande comment tu gagne ton argent toi qui a l’air de prendre les gens de si haut

  4. A nce,
    Parle de ce que tu sais, ça serait mieux pour toi.
    Quelques milliers à Paris et à Bruxelles oui,,
    Vendredi en direct sur la chaîne interdite par ton kabran des millions d’Algériens manifestent contre les élections et ce système mafieux.
    Quant à moi je ne suis payé que pour ma société pour laquelle je travaille depuis de très longues années.
    Une chose est certaine c’est que moi j’aime l’Algérie et toi tu aimes le cachir.
    Quant aux gilets jaunâtres cas sociaux, j’aimerais que tout les Algériens puissent vivre comme eux. Car eux ne manquent de rien par rapport aux Algériens.
    Celui qui vous dit que cette mafia qui régente le pays va vous mener a la ruine, vous dîtes qu’il est contre l’Algérie.
    Pendant que toi tu souffres les enfants de ces voleurs font la dolce vita dans les capitales européennes en dépensant sans compter.
    Si tu veux que cela dure encore 50 ans à grand bien te fasse.

  5. A Bibi

    je parle en connaissance de cause smic en france 1180€

    loyer entre400et 700€
    s’ils sont mensualisé 70€ électricité,80€ gaz,mutuelle 30€,assurance voiture50€,assurance habitation40€ facture téléphone l’habillement nourriture impôt sur le revenue 100€carburant pour allé travaillé tout sa c’est au minimum et tu vient me dire que c’est des nantis tu parle pour toi j’espère.
    c’est gens là ils galèrent la plupart des algériens vivent beaucoup mieux, et la misère tu la trouve partout et des voleurs aussi

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici