in

Intense activité diplomatique du Président Tebboune : l’Algérie recouvre sa place sur la scène internationale

A peine élu président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, a eu une intense activité diplomatique ces derniers jours. Il a réussi en un laps de temps à recouvrer la place qu’occupait l’Algérie dans le concert des nations. Au moment où certaines parties hostiles à l’Algérie et nostalgiques des périodes de transition et d’instabilité s’attendaient à ce que le pays plonge dans le chaos de l’instabilité et l’insécurité, c’est le contraire qui s’est produit avec l’élection de M Tebboune.

Non seulement il n’y a pas eu de report de l’élection présidentielle, mais la communauté internationale a félicité l’Algérie et le Président Tebboune. C’est sur cette lancée que l’Algérie a entamé le recouvrement de sa place dans le concert des nations.

Ainsi, l’aggravation de la situation en Libye a permis à l’Algérie de se positionner comme un acteur incontournable dans la solution à la crise libyenne. C’est en fait grâce à la constance et à la clairvoyance de sa politique étrangère qu’Alger est redevenue aujourd’hui une destination incontournable pour la solution des conflits en Afrique, notamment celui de la Libye.

C’est dans ce sens, que sont  intervenues les visites successives en Algérie du ministre turc des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu et du du Président du Conseil présidentiel du Gouvernement d’union nationale (GNA) libyen, M. Fayez El-Serraj qui ont été reçu par le président de la République, Abdelmadjid Tebboune.

Lors de l’audience accordée par le chef de l’Etat au MAE turc, « il a été question également de la situation en Libye à la lumière de l’escalade des actes de violence induits par les ingérences étrangères, qui entravent la recherche d’une solution politique, seul moyen de rétablir la sécurité, la paix et la stabilité à travers tout le territoire de la Libye », a indiqué un communiqué de la présidence de la République.

Après une analyse approfondie de tous les aspects de la situation, y compris les interventions militaires étrangères en territoire libyen, les deux parties ont convenu de l’impératif d’éviter toute action concrète à même d’aggraver davantage le climat et de ne ménager aucun effort pour un cessez-le-feu, précise le communiqué.

Les deux parties ont exprimé, également, le vœu que la conférence internationale prévue sur la Libye soit le début d’un règlement politique global, garantissant l’unité de la Libye, peuple et territoire, et préservant sa souveraineté nationale.

A la fin de l’entretien, les deux parties ont affirmé « leur volonté de redynamiser les mécanismes de coopération existants et de mettre en place de nouveaux mécanismes favorisant une concertation stratégique de haut niveau ».

La veille, El Serraj qui a été reçu par le président Tebboune. Cette audience a été sanctionnée par un communiqué de la présidence de la République dans lequel l’Algérie a appelé la communauté internationale et le Conseil de sécurité en particulier à « assumer leurs responsabilités pour imposer le respect de la paix et de la sécurité en Libye.

Dans le même sillage, la chancelière allemande Angela Merkel a eu un entretien téléphonique avec le Président Tebboune pour l’a invité à prendre part à une rencontre sur la Libye, prévue en Allemagne.

De son côté, le Président de la République a adressé au président turc Recep Tayyip Erdogan une invitation à visiter l’Algérie, laquelle a été acceptée, et dont la date devant être fixée dans les prochains jours. L’Algérie qui a failli être isolé après la période d’instabilité ayant précédé la démission de l’ancien président Abdelaziz Bouteflika, retrouve sa place naturelle dans le concert des nations.

Amir Hani

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *