Jean Castex l’artisan de la ligne dure contre les dirigeants algériens : « nous n’avons rien à leur dire ! »

Le Premier-ministre français Jean Castex incarne aujourd’hui en France la nouvelle ligne dure contre les dirigeants algériens. Le Premier-ministre français est celui qui avait pesé de tout son poids pour convaincre Emmanuel Macron et l‘ensemble de l’establishment français de durcir le ton contre le régime algérien à la fin de l’été 2021. Et en dépit du « dégel progressif » entamé au niveau des relations franco-algériennes avec notamment le retour depuis hier jeudi 6 janvier de l’Ambassadeur d’Algérie dans son poste à Paris,  les tensions ne devront pas disparaître de sitôt entre Paris et Alger car Jean Castex est toujours remonté contre les dirigeants algériens, assurent à Algérie Part des sources diplomatiques bien au fait des dessous et des complexités des relations franco-algériennes. 

En septembre 2021, les relations entre Alger et Paris ont commencé à se détériorer dangereusement à cause du dossier de l’expulsion des migrants clandestins ou en situation irrégulière sur le sol français. Le gouvernement français avait déploré à maintes reprises que les autorités consulaires algériennes refusaient de délivrer les fameux laissez-passer consulaires qui permettraient de « rapatrier » les migrants algériens vers leur pays d’origine à la suite d’une procédure d’éloignement du territoire français. Selon nos investigations, moins de 1 % des demandes formulées par les autorités françaises ont été satisfaites.

Face à cette impasse, c’est Jean Castex qui est monté au créneau pour réclamer des sanctions et un changement de ton vis-à-vis du régime algérien. Le Premier-ministre français avait saisi Emmanuel Macron pour lui proposer des sanctions concrètes et directes contre les principaux hauts responsables du régime algérien afin d’imposer le « respect » dans les relations bilatérales entre les deux pays. « La France n’est ni respectée ni considérée » par les dirigeants algériens, affirmait haut et fort Jean Castex aux membres de son cabinet et à son Président Emmanuel Macron ainsi que son entourage le plus proche.

Lire aussi :
CAN 2022: l'équipe d'Algérie s’envole vers Douala ce samedi

Selon nos sources, Jean Castex est le dirigeant français qui avait proposé d’imposer officiellement des restrictions d’entrée sur le territoire français à l’encontre des familles des dirigeants algériens. Face à cette colère qui ne cessait de monter crescendo, l’ambassadeur d’Algérie en France, Mohamed Antar Daoud, avait réclamé une audience à Jean-Yves Le Drian, le chef de la diplomatie française, et à Jean Castex, le Premier-ministre. Or, ce dernier avait catégoriquement refusé de recevoir l’ambassadeur algérien et il avait intimé l’ordre à Le Drian de ne pas accorder au diplomate algérien une quelconque audience. « Nous n’avons rien à leur dire », avait clamé Jean Castex en faisant référence aux dirigeants algériens avec lesquels il ne voulait nouer aucun dialogue au regard de leur attitude jugée « désinvolte » à l’égard de la France.

Le 20 septembre 2021, le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian s’était rendu à New York pour l’ouverture de la 76ème Assemblée générale des Nations unies. Le 22 septembre 2021, il s’était entretenu à New York avec Ramtane Lamamra, le chef de la diplomatie algérienne. Lors de cette entrevue, Lamamra avait tenté de mettre en garde Le Drian contre les conséquences des décisions hostiles à l’encontre de l’Algérie adoptées par Jean Castex. Mais Le Drian avait défendu ouvertement son Premier-ministre en remettant sur la table les différents dossiers qui suscitaient d’énormes malentendus entre Alger et Paris. C’est dire enfin qu’avec un Jean Castex au pouvoir à Paris, le régime algérien ne peut pas encore espérer une quelconque « bienveillance » de la part de l’ensemble de l’establishment français.

Abonnez-vous à notre chaine youtube

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

SUR LE FIL