Justice : voici les « lourds secrets d’État » dévoilés par Said Bouteflika

Algérie –Ce mardi 12 octobre 2021, s’est achevé le procès de l’ancien ministre de la Justice, au Tribunal criminel de Dar El Beida (Alger). plusieurs affaires ont été évoquées durant ce procès.


Aujourd’hui, c’était au tour des avocats de Said Bouteflika de plaider de la défense de leur client. Me Hadjouti Salim était l’un des premières à intervenir, en plaidant l’acquittement total ; en rejetant toutes les accusations portées à l’encontre de Said. En effet, Me Hadjouti a fait savoir que c’est Abdelaziz Bouteflika qui était derrière l’annulation du mandat d’arrêt international contre Chakib Khelil ; émis par le Procureur général de la Cour d’Alger à l’époque, Belkacem Zeghmati. « Mon client transmettait les instructions de son frère le président (Abdelaziz Bouteflika, ndlr) lequel avait ordonné le ministre Louh de revoir les procédures juridiques liées à ce mandat d’arrêt international prononcé par Zeghmati à l’époque », a-t-il souligné.

Lire cet article  Élections locales : des partis dénoncent les contraintes du nouveau régime électoral

Said Bouteflika prend la parole

Après un long échange entre les avocats et le juge ; l’heure du passage à la barre à sonner pour Said Bouteflika. « J’ai de lourds secrets qui pourrait faire trembler les piliers de l’État », a-t-il lancé. « J’ai été menacé par le juge d’instruction de la Cour militaire de Blida, le Colonel Amalou, qui a fait de moi un accusé sur la base d’une fausse enquête », s’est-il défendu en s’adressant au juge. « Avant de devenir conseiller du président ; j’étais professeur à l’université de Bab Ezzouar et membre d’un syndicat, mais je me suis fait une promesse et j’ai décidé de suivre le chemin de ceux qui m’ont élevé. Que dieu m’accorde son aide pour mourir dignement et en silence comme mon frère et le président Boumédiène », a-t-il ajouté avant que le procès ne prend fin. Quelques heures plus tard, le verdict est tombé. Said Bouteflika est condamné à une peine de deux ans de prison ferme assortie d’une amende de 100.000 dinars.

Lire cet article  Bouraoui la militante des droits de l'homme écope de deux ans de prison ferme

Abonnez-vous à notre chaine youtube

1 COMMENTAIRE

  1. 2 ans ? c’est une plaisanterie lâches traîtres fini affaire avec le FLN+ALN=LÂCHES HARKIS j’espère qu’allah vous punira la maladie Algérie la justice est une ordure corrompu honte à vous

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

+ RECENTS