in

La Banque mondiale table sur un baril à 56 dollars en 2021

Libertéalgerie– La moyenne des cours prévue cette année et l’an prochain par l’institution de Bretton Woods est loin de remplir les conditions de l’équilibre budgétaire pour l’Algérie.

Les prix de l’énergie devraient atteindre cette année des niveaux globalement supérieurs de plus d’un tiers à ceux de 2020, mais la moyenne annuelle devrait s’établir à seulement 56 dollars le baril, soit 10 dollars de moins que les niveaux actuels des prix. C’est ce qu’on peut lire en tout cas dans la dernière édition semestrielle du Commodity Markets Outlook de la Banque mondiale, publiée hier.

Toutefois, souligne le rapport de la Banque mondiale, ces prévisions sont fortement tributaires “des progrès de la lutte contre la pandémie de Covid-19 et des mesures de soutien mises en place dans les économies avancées”.
Le baril devrait atteindre 60 dollars en moyenne en 2022, mais si l’endiguement de la pandémie faiblit, une nouvelle détérioration de la demande pourrait exercer des pressions sur les prix, met en garde la Banque mondiale.

“La croissance mondiale est plus vigoureuse que prévu jusqu’ici et les campagnes de vaccination sont en cours, et ces tendances dopent les prix des produits de base. Toutefois, la durabilité de la reprise est très incertaine”, indique Ayhan Kose, vice-président par intérim du groupe de la Banque mondiale pour la division croissance équitable, finance et institutions et directeur du groupe perspectives.
Le même responsable estime que les économies émergentes et en développement, qu’elles soient exportatrices ou importatrices de matières premières, “doivent améliorer leur capacité de résistance à court terme et se préparer à l’éventualité d’un ralentissement de la croissance”.

Partagez l'article :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *