La colère des travailleurs affamés par la fermeture forcée des sociétés s’amplifie

0

Par Houari A. La situation des employés de certaines entreprises dont les dirigeants sont incarcérés pour des affaires de corruption, et qui sont depuis quelques mois bloquées, va en s’aggravant alors qu’aucune solution n’est encore prise par les pouvoirs publics pour sauver des milliers d’emplois chèrement acquis.

Ainsi, après plusieurs démarches inabouties pour réclamer, notamment, le versement de leurs salaires, gelés pour certains depuis plus de quatre mois, comme c’est le cas des travailleurs du groupe ERTHB d’Ali Haddad, des entreprises gérées par Mahieddine Tahkout ou par les frères Kounifef, tous emprisonnés, ces employés, dont une partie s’en trouve contrainte de démissionner, menacent de durcir leur action à la rentrée sociale. Ils ne croient plus aux promesses du gouvernement qui s’était engagé à résoudre le problème à la veille de l’Aïd El-Adha et qui avait, à un moment, sous-estimé la gravité de leur situation.

Lire aussi  Constitution et réforme des institutions : Tebboune choisit le chemin le plus long

Pour nombre d’observateurs, cette mise en congé forcé de milliers de travailleurs est devenue un vrai casse-tête pour l’Exécutif intérimaire en place qui, appelé à expédier les affaires courantes, se retrouve confronté à une situation inextricable au plan social.

Selon les chiffres publiés par l’Office national des statistiques, le taux de chômage a dépassé le seuil de 12,5% en juillet, contre 9,5% en avril, soit une augmentation de 3% au cours des trois derniers mois. Ces statistiques montrent que le nombre de personnes actives, c’est-à-dire en âge de travailler et disponibles sur le marché du travail, qu’elles soient employées ou au chômage, en avril dernier, était d’environ 12,2 millions de personnes, contre 11,932 millions au début de l’année.

Lire aussi  Exclusif. Formés au FBI et par le gendarmerie française, comment le général Belkecir a cassé la carrière d’une trentaine d’officiers hauts gradés de la gendarmerie algérienne

Il faut aussi savoir que le nombre d’Algériens employés a atteint 10 millions en juillet, dont plus de 8 millions d’hommes (81,1%) et plus de 2 millions de femmes, soit 18,9%.

H. A.

Source :

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici