in

La corruption en Algérie connaît une tendance haussière

L’Office central de la répression de la corruption (OCRC), par le biais de son directeur Mokhtar Lakhdari, a estimé, mercredi 4 mars, que la corruption en Algérie connaît “une tendance haussière” qui empêche de fournir les efforts suffisants et nécessaires pour lutter contre ce phénomène.

Mokhtar Lakhdari s’est exprimé ce mercredi 04 mars en marge d’un atelier interactif sur « l’impact de la corruption sur l’exercice des droits de l’Homme » organisé par par le Conseil national des droits de l’Homme (CNDH) et l’Organe national de prévention et de lutte contre la corruption (ONPLC). Lors de cet événement, il a souligné que la lutte contre la corruption n’est pas une chose nouvelle en Algérie mais « elle était un leitmotiv » qui a accompagné l’évolution politique des pouvoirs successifs du pays depuis son indépendance.

Pour lutter contre la corruption, le directeur du OCRC, Mokhtar Lakhdari, explique qu’il est impératif de s’appuyer sur deux éléments essentiels : accorder une attention particulière à la revendication populaire, qui a vu naître une grande volonté citoyenne dans ce sens (qui est la lutte contre la corruption) et considérer que la corruption est « une attitude individuelle et non un dysfonctionnement institutionnel ».

Les intervenants lors de cet atelier interactif ont estimé que l’Algérie souhaitée par ses citoyen est une Algérie où aucune place n’est accordée à la corruption, considérant  qu’il est temps de fournir les efforts nécessaires pour combattre la bureaucratie et toutes formes d’abus que subit le simple citoyen.

La lutte contre la corruption et la bureaucratie doit être au cœur des préoccupations des instances de l’Etat, dans le but de parvenir à la moralisation de la vie politique tumultueuse que connaît l’Algérie depuis son indépendance,et pour relancer le développement socio-économique. Selon les intervenants, la lutte contre la corruption permettrait de rétablir la confiance “entre le citoyen et son État”, cette confiance perdue depuis des années.

La corruption administrative pèse lourdement sur le simple citoyen et il est plus que nécessaires aujourd’hui de lutter contre ce phénomène dans les administrations locales et centrales et dans le secteur privé et public.
L’OCRC et les intervenants lors de cet atelier interactif reconnaissent qu’il est difficile aujourd’hui de lutter contre la corruption et ses conséquences après plusieurs années d’efforts inefficaces.

3 Comments

Leave a Reply
  1. Quand la gangrene s installe il n y a qu une solution…on coupe!
    Quand la corruption devient un fleau…on fusille!
    Quand les meurtres et la cocai ne sont la..on fusille!
    Et quand on ne punit pas a leur juste mesure des delits majeurs..il faut s attendre au pire
    Les droits de l homme..c est pour les hommes..pas pour les criminels..ce ne sont pas les ong qui vont nous dicter la marche a suivre
    On decapite en arabie et au moyen orient pour 2 gr de coje..en malaisie..en indonesie..turquie..etcc.drogue..meuryre corruption sont passibles de peine de mort..c est quoi les lois chez nous ??

  2. En Algérie, la corruption est constitutionnelle. Même Dieu n’y peut rien. Ces corrompus ont la main partout. Moi , j’abandonne.

  3. Salzm. Alikom faut faire ess. Dou3a pour le. Peuple qui a trop. Souffert de miser de soufrance et peu de gens honnêtes c’est dev2nue naturel de détournement de vol de recèle d’escroquerie depuis li dépendance a ex les dirigeants. Alors les bas de l’échelle nont pas lz. Choix de faire autant et la jeunesse Ji payent pour ça. Salaire descalave ? La honte pour notre pays et nos 6000 algériens et Algérienes mort pour l’indépendance. Les querelles entre familles et qui dégénères jusqu’à tuer son fis ou sa femmes sont due a la difficulté de subvenir a ses besoins la dinitée est remplacé par l’humiliation. Alors faut s’étonner. Craignez allah car son châtiment est vraiment severe. Allah yedina o yedikom. Amine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *