La femme du général Belkecir menace des juges qui se rallient au mouvement populaire

4

De nombreux juges et magistrats de la Cour de Tipaza subissent des menaces et des pressions après avoir affirmé leur soutien et adhésion au mouvement populaire qui réclame le changement politique et le départ du Président Abdelaziz Bouteflika. Selon nos sources, c’est la présidente de la Cour de Tipaza qui est en train d’orchestrer des représailles à l’encontre de ces juges qui veulent assumer leur devoir de citoyens. 

Or, cette présidente de la Cour de Tipaza est la femme du controversé Général Ghali Belkecir, le Commandant de la Gendarmerie nationale. L’épouse du général qui avait manigancé l’emprisonnement de plusieurs journalistes et opposants au mois d’octobre dernier, est en train d’abuser de son pouvoir pour menacer les juges qui sortent manifester en faveur du changement démocratique en Algérie.

La Ligue Algérienne de Défense Des Droits de l’Homme (LADDH) a confirmé cette information dans un communiqué rendu public et parvenu à notre Rédaction.  « La LADDH apprend que des juges près de la Cour de Tipaza sont sous la menace de mesures conservatoires de la part de la présidente de la Cour, des suspensions et mutations seraient en préparation. Cette dernière reproche aux juges leur ralliement à la cause du peuple et d’avoir tenu un rassemblement pacifique devant la Cour le dimanche 17 mars 2019 », écrit ainsi la LADDH dans un communiqué. « La LADDH dénonce cette approche autoritaire qui porte le sceau de l’abus et du non sens », déplore la même source.

Notons enfin que la femme du général Belkecir est également proche du ministre de la Justice, Tayeb Louh. Algérie Part publiera prochainement une enquête approfondie sur les affaires louches de cette magistrate et son époux qui fut pendant longtemps l’un des hauts responsables de la Gendarmerie Nationale dans la wilaya de Tipaza.

LA REDACTION

4 COMMENTS

  1. Menace sur les juges et hommes de lois qui ” oseraient” se joindre au Hirak. Avec tous les respects dus votre statut, fonction et position, de quoi avez vous peur, Madame? Soyons honnêtes, notre justice a besoin d’un recyclage. De nombreux juges et autres hommes de loi, honnêtes cet sincères, furent obligés et contraints de rendre une justice bancale, une justice dite ”par téléphone”. Aujourd’hui, cette institution a l’occasion de se racheter et de rendre, dans la future Nouvelle Algérie, cette Justice juste et clémente qui leur a demandé des années d’études. POUR UNE JUSTE JUSTICE EN ALGÉRIE.

  2. Ils faut la mettre hors d état de nuire cette présidente de la cour de Tipaza, elle est trempé dans les magouille jusqu au cou , elle n est toujours pas suspendu et jetter en prison.?????

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here