La France corse les conditions d’obtention de visas pour les algériens

Algérie La France a décidé de durcir les conditions d’obtention de visas pour les demandeurs algériens, ce, en réponse au refus des autorités d’accepter le rapatriement des immigrés expulsés par voie de justice du territoire. C’est ce qu’a laissé entendre le porte-parole du gouvernement algérien Gabriel Attal sur les ondes de Europe 1 précisant que cette même mesure s’étend aux citoyens marocains et tunisiens.

“C’est une décision drastique, c’est une décision inédite, mais c’est une décision rendue nécessaire par le fait que ces pays n’acceptent pas de reprendre des ressortissants que nous ne souhaitons pas et ne pouvons pas garder en France”, a justifié Gabriel Attal, sur Europe 1, mardi 28 septembre.
Selon lui, Paris met en cause le “refus” de ces trois pays de délivrer les laissez-passer consulaires nécessaires au retour des immigrés refoulés de France.
Il s’agit des documents de voyage temporaire attestant de l’identité des personnes expulsées sur décision de justice notamment pour ceux dont les passeports sont périmés ont n’ayant plus de passeports.

Lire cet article  Algérie : la gestion des déchets coûte 58 milliards de dinars par an

L’attitude de ces pays “freine l’efficacité des reconduites effectives” à la frontière une fois les obligations de quitter le territoire français délivrées, a déploré le porte-parole du gouvernement. “Il y a eu un dialogue, ensuite il y a eu des menaces. Aujourd’hui on met cette menace à exécution”, a expliqué Gabriel Attal.

Selon des médias français, seulement 22 obligations de quitter le territoire ont été effectivement appliquées par l’Algérie sur 7731 décisions ordonnées par la justice entre janvier et juillet 2021. Concernant le Maroc, 3301 ressortissants ont reçu une obligation de quitter le territoire, et seuls 80 ont été expulsés dans les faits. Tandis qu’en Tunisie, 3424 ressortissants ont reçu une obligation de quitter le territoire, une décision appliquée à 131 d’entre eux.

Cette décision du gouvernement Français a conduit à une réduction des quotas de visas délivrés aux ressortissants de ces pays.
Le chef d’État français Emmanuel Macron a décidé de diviser par deux le nombre de visas délivrés pour l’Algérie et le Maroc, et de 30% pour la Tunisie par rapport à 2020.

Lire cet article  Justice : voici les « lourds secrets d’État » dévoilés par Said Bouteflika

Abonnez-vous à notre chaine youtube

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

+ RECENTS