in

La grande arnaque !

Faisant suite à la dernière rencontre tenue avec les souscripteurs au programme AADL dans la wilaya, le wali de Tamanrasset, Djilali Doumi a dépêché une commission d’inspection sur les différents chantiers du projet. La commission composée de représentants du maître d’ouvrage délégué et de la wilaya, ainsi que des membres de l’association des souscripteurs, avait pour mission de relever tous les manquements au cahier des charges et les malfaçons signalées au chef de l’exécutif lors du sit-in de protestation organisé, tout récemment, par les souscripteurs devant le siège de wilaya. Cette sortie permettra aussi d’évaluer l’avancement du projet qui traîne depuis juin 2015 pour pouvoir arrêter sa date de livraison. La commission, présidée par le DG de l’Opgi, Yacine Amokrane, est également chargée de dresser un rapport détaillé sur les travaux supplémentaires qu’on devrait engager pour se conformer à la réglementation régissant cette formule d’habitat. Le chantier des 50 logements de type F3 était la première halte de la commission qui a, en présence de l’entreprise réalisatrice, émis plusieurs réserves. Des imperfections à la pelle, à tel point que l’on se demande où était le bureau d’études chargé du suivi et de contrôle des travaux. Outre les anomalies d’ordre technique, on a signalé des travaux non conformes aux clauses contenues dans le cahier des charges type des logements AADL. Ce qui n’était visiblement pas du goût de l’entrepreneur qui a réagi  violemment contre le maître d’ouvrage et ses ingénieurs. Pris d’une crise de démence, il va jusqu’à leur demander de quitter les lieux pour verrouiller l’accès au chantier, comme s’il s’agissait d’une propriété privée. Plus grave encore, l’entrepreneur en question a menacé d’intenter une action judiciaire à l’encontre de l’Opgi (le maître d’ouvrage délégué) pour faire valoir ses droits. Pour achever son œuvre théâtrale, l’entrepreneur a chassé tous ses ouvriers et intimé l’ordre à son chef de chantier d’interdire tout accès aux logements sans la présence d’un huissier de justice. Ne se laissant pas intimidée par l’invective et les propos injurieux proférés par l’entrepreneur, la commission a continué la mission qui lui a été assignée par le wali, et a terminé sa virée avec une multitude de réserves nécessitant l’intervention immédiate de la direction régionale de l’AADL à Ouargla pour prendre les décisions et les mesures coercitives à l’encontre des défaillants. Il est donc invité à se rendre sur les lieux pour comprendre que son projet AADL à Tamanrasset, outre le fait qu’il est assimilé aux logements sociaux n’est qu’une forme d’arnaque qui n’a pas encore révélé toutes ses couleurs. 

RABAH KARECHE

Source : liberte-algerie

liberte-algerie

Partagez l'article :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *