LA MESURE DE FIXATION DE PRIX DE RÉFÉRENCE AUX PRODUITS PAS SUIVIE D’EFFET IMMÉDIAT : L’aveu d’échec de Saïd Djellab

0

Le ministre du Commerce, Saïd Djellab, a annoncé, le début des poursuites judiciaires contre les opérateurs économiques ayant refusé le déstockage des légumes de large consommation. C’est ce qu’il a déclaré en tout cas, samedi dernier, lors d’une réunion d’évaluation avec les directeurs centraux et les directeurs de wilayas de son secteur.

à cette occasion, Djellab a indiqué que dans le cadre des dispositions « visant la régulation » du marché durant le mois de Ramadhan, des inspections ont été opérées au niveau des dépôts des produits agricoles à travers les différentes régions du pays en vue de procéder à leur déstockage et engendrer « une baisse des prix », selon la même source. Suite à ces opérations, certains opérateurs ayant constitué d’importants stocks de produits et refusé de les déstocker pour des fins de spéculation, les services du Commerce ont saisi la justice afin de prendre les mesures qui s’imposent à leur encontre, selon la même source. Plus explicite, il dira que  » quinze opérations de déstockage de produits agricoles ont été effectuées à Alger la semaine dernière » a annoncé Djellab. Dans le même contexte, le ministère a procédé à la mise en place « d’équipes mixtes » d’agents des ministères du Commerce et de l’Agriculture, en vue de faire le point sur des situations portant sur « des produits récoltés à des fins de spéculation ». Il s’agit d’un contrôle sur terrain des champs agricoles, dans le cadre de la lutte contre toute forme de spéculation, à savoir l’ajournement de la cueillette des récoltes, lequel procédé engendre un retard dans l’approvisionnement des marchés, contribuant à ce stade à la hausse des prix, après avoir causé la pénurie du produit sur le marché.
À propos de l’application des prix de référence, le ministre a affirmé que les prix de référence « n’ont pas été respectés » comme il se doit, notamment pour les viandes rouges et les tomates dont les prix ont poursuivi leur hausse durant la première semaine du Ramadhan, d’où la nécessité de l’intensification du contrôle des stocks et d’une meilleure maîtrise des marchés de gros  » a-t-il estimé. à la fin, le ministre s’est dit optimiste quant  » à une baisse des prix dans les prochains jours.

Hausse importante des prix des fruits et légumes
La réunion du ministre du Commerce avec les directeurs centraux et de wilaya, , »visait  »à faire une évaluation précise de l’application du plan d’approvisionnement pour le mois sacré, devant être  »basé » essentiellement sur l’élaboration des prix référentiels des produits agricoles de large consommation et la création de nouveaux marchés, en sus des opérations de déstockage et de l’intensification du contrôle commercial.
Les orientations avancées par les présents, ayant pour objectif d’améliorer l’application du plan d’approvisionnement en vue de préserver le pouvoir d’achat du citoyen et pour y parvenir la réunion a été sanctionnée par la prise de décisions. Le ministre a indiqué, à ce propos  » que le programme a été concrétisé à hauteur de 75 à 80% et que le travail se poursuit pour le lancement des marchés restant en collaboration avec les walis. » Par ailleurs, le maintien de ces structures après le Ramadhan, a été encore une fois abordé, notamment pour lutter contre la spéculation et offrir de l’emploi aux jeunes, dont ceux activant dans le secteur du commerce informel.

Des mesures pour la baisse des prix au sud du pays
Concernant la hausse des prix des légumes dans les wilayas de l’extrême- sud, Djellab a fait part de la disponibilité de son département à « subventionner le transport des produits agricoles de base pour faire baisser les prix », en sus de la création, a-t-il ajouté « de marchés itinérants en collaboration avec les walis ». Ainsi, pour ce qui est du signalement des infractions enregistrées en matière de prix, le ministère du Commerce en a reçu un nombre important émanant de citoyens et d’associations de protection du consommateur, de manière directe ou via l’application destinée à cet effet. Dans le même contexte, le ministre a appelé les directeurs de son secteur à répondre « rapidement et efficacement » à toutes les demandes d’interventions formulées par les citoyens. « Beaucoup de signalements reçus, notamment de la part d’associations, sont restés sans suite » allant jusqu’à rappeler qu’ »il y va de notre crédibilité », s’est contenté de dire Djellab à l’adresse des cadres de son ministère.
Yousra Hamedi

Source : lecourrier-dalgerie

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here