La pose du film plastique est considérée comme une infraction à la loi : La police fait la chasse aux véhicules à vitres teintées

Tout propriétaire d’un véhicule à vitres teintées risque de se faire verbaliser par les agents de la circulation. En prime, la voiture peut être conduite à la fourrière. Officiellement, les raisons qui sont à l’origine de cette campagne seraient d’ordres préventifs. La Sûreté nationale a lancé une campagne de sensibilisation pour mettre en garde contre l’usage des vitres fumées, qui est considéré comme une infraction dans la loi algérienne. C’est du moins les explications avancées par les responsables de la Direction générale de la Sûreté nationale. En effet, le communiqué de la DGSN, explique que la campagne de sensibilisation a pour objectif «d’ancrer une culture routière saine chez les usagers de la voie publique et prévenir les jeunes, en particulier, des dangers de la pose du film plastique opaque sur les vitres des véhicules qui peut être à l’origine d’accidents de la circulation pour manque de visibilité notamment durant la nuit». Et d’ajouter qu’il s’agit bien « d’une conduite illégale où le conducteur peut être victime d’un accident et même en causer». Ainsi, toutes les directions de la Sûreté nationale, et sans exception, ont reçu des instructions pour ce type de véhicules. La démarche comporte trois procédures. D’abord, l’avertissement. Ensuite, la contravention et enfin, la saisie de la voiture, jusqu’à ce que l’automobiliste l’enlève. Mais, cependant, il aura une amende variant entre 2000 DA et 4000 DA. En plus, cette opération est appuyée par une base juridique. En effet, la loi dite 14-01 relative à l’organisation, la sécurité et la police de la circulation routière d’août 2001, stipule sur l’article 47 que : «Toutes les vitres y compris celles du pare-brise, doivent être en substance transparentes et conformes aux normes fixées par voie réglementaire», et sur l’article 48 que «La pose de tout film plastique ou tout autre procédé opaque sur les vitres du véhicule est interdite». D’autre part, durant le premier semestre de l’année en cours, les services compétents de la Sûreté nationale ont dressé 21 781 contraventions routières. La DGSN a renouvelé, en cette occasion, son appel aux usagers de la route à faire preuve de vigilance et à respecter le code de la route, rappelant également le numéro vert 15-48 et celui de secours (17) pour tout signalement, a conclu la même source.
B.M. Wali

Source : lecourrier-dalgerie

lecourrier-dalgerie