La «révélation» du magazine français pro-marocain sur l’affaire de la cocaïne

La «révélation» du magazine français pro-marocain sur l’affaire de la cocaïne

Par R. Mahmoudi – Citant «plusieurs sources judiciaires», l’hebdomadaire français Jeune Afrique affirme dans sa dernière édition que les commissions rogatoires délivrées en juin dernier au Brésil et en Espagne, dans le cadre de l’affaire de la saisie de 701 kg de cocaïne en juin dernier au port d’Oran, ont bien transmis en novembre leurs conclusions aux autorités algériennes, mais celles-ci n’auraient pas encore été mises à disposition du juge d’instruction.

Pour les avocats, cité par l’hebdomadaire français, ce retard dans l’examen des conclusions en question limite, à ce stade, l’enquête judiciaire au périmètre des six principaux prévenus, à savoir l’homme d’affaires et promoteur immobiliser Kamel Chikhi dit «le boucher», ses deux frères, son associé, son agent de consignation et son directeur commercial, poursuivis pour «importation, commerce, distribution de drogue et blanchiment d’argent».

La défense laisse entendre que désormais l’enquête peut prendre une autre tournure et impliquer ainsi d’autres personnes, en supposant l’existence d’une chaîne de complicités qui remonteraient jusqu’à de hautes sphère de l’appareil administratif.

Il y a quelques semaines, le juge de la 9e chambre pénale spécialisée près la cour d’Alger a entendu vingt-trois mis en cause dans cette affaire qui a défrayé la chronique. Les prévenus sont soupçonnés d’avoir des liens avec Kamel Chikhi, principal accusé dans l’affaire.

Le magazine français ne précise pas si ses «sources judiciaires» sont brésiliennes, espagnoles ou algériennes. L’article de Jeune Afrique contient des insinuations qui laisseraient supposer que l’Etat algérien serait noyauté de longue date par des trafiquants de drogue, assimilant insidieusement notre pays à ceux d’Amérique latine où les cartels font la loi et sont infiltrés dans les sphères les plus élevées de l’Etat. Connu pour son obédience pro-marocaine, Jeune Afrique tente ainsi de ternir l’image de l’Algérie en détournant les regards du premier pays exportateur de cannabis au monde : le Maroc.

R. M.

Source : algeriepatriotique

algeriepatriotique