la Sonatrach et la Sonelgaz vont cesser d’être les vaches à lait du gouvernement

AlgérieDurant de nombreuses décennies, l’Algérie a fait des hydrocarbures et notamment du pétrole, la pierre angulaire de son développement économique. Au début des années 2000, le prix du baril de pétrole était à un niveau impressionnant ce qui a notamment permis aux pays producteurs d’or de posséder une manne financière colossale.

L’Algérie, qui est l’un des plus importants producteurs de pétrole sur le continent a mis en place plusieurs structures afin de gérer la rente issue de l’exploitation des hydrocarbures. Parmi ces structures, on peut citer la Sonatrach et la Sonelgaz. La Sonatrach gère le pétrole et la Sonelgaz s’occupe du gaz.

Pendant de nombreuses années, ces deux entreprises étaient les plus puissantes d’Algérie. Mais voilà, entre-temps, le marché des hydrocarbures est entré dans une certaine instabilité avec une volatilité des prix.

Lire aussi :
Les mesures fortes du gouvernement pour lutter contre la fraude

Le prix du baril de pétrole a connu une baisse significative, toute chose qui a eu des répercussions énormes sur les économies des pays producteurs d’or noir. L’Algérie est confrontée à cette situation et la crise sanitaire du coronavirus est venue aggraver les choses.

Priorité aux investissements productifs

Il fut un temps où la Sonatrach et la Sonelgaz étaient les principaux pourvoyeurs de devises pour les caisses de l’État. L’argent coulait à flots en ce moment e l’État pouvait puiser allègrement dans les bénéfices des deux entreprises publiques pou financer des projets de développement.

Aujourd’hui, cela n’est plus possible à cause de la conjoncture économique qui a fait basculer la Sonatrach et la Sonelgaz dans de grandes difficultés. Les deux entreprises peinent à retrouver leur compétitivité et elles ont connu des pertes records.

Lire aussi :
Covid-19 : quand l'Algérie refusait l'aide de la France pour l'approvisionnement en oxygène

Hier dimanche 24 octobre, le Premier ministre Aïmene Benabderrahmane a annoncé devant l’Assemblée populaire Nationale (APN) que l’État ne va plus prélever aucun bénéfice dans les caisses de la Sonatrach et de la Sonelgaz. Le Premier ministre a expliqué cette décision par le fait qu’il est primordial de permettre à ces deux entreprises publiques de pouvoir faire des investissements structurants afin de demeurer compétitifs et de créer de la richesse et des emplois pour le pays.

Abonnez-vous à notre chaine youtube

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

SUR LE FIL