LA SORTIE DE CRISE VUE PAR LE PST  : «La solution réside en dehors de la Constitution»

0

Pour aborder les derniers développements de la scène politique et débattre de la situation générale du pays, le SG du Parti socialiste des travailleurs (PST), Mahmoud Rachedi, a indiqué, hier, lors d’une conférence de presse, tenue à Alger, que « la mobilisation historique des citoyens n’est pas tombée du ciel», affirmant qu’«il y a eu des accumulations qui ont un rapport direct avec le désastre social. Le résultat aujourd’hui, est une conséquence naturelle d’une politique régressive sur les plans économique et social qui l’a accablée depuis des décennies.» Concernant les dernières déclarations du Chef d’état-major de l’ANP, Ahmed Gaïd Salah, le SG du PST souligne que «l’Armée populaire exerce la politique aujourd’hui avec les lois du système politique en place. Gaïd Salah recommande des solutions de la Constitution, mais le peuple, pour sa part, réclame, dans la rue, «le départ de tout le système». Cela veut dire qu’«on doit sortir de la Constitution, ou encore cela témoigne qu’il n’existe aucune solution au sein de la Constitution», juge Rachedi. «Il s’agit de promouvoir la possibilité de la continuité du système avec la force, c’est pour cela que le système insiste sur des solutions constitutionnelles. » Rachedi hausse le ton en accusant que « Gaïd Salah et le système en place n’ont aucune légitimité pour imposer la feuille de route sur le peuple algérien. »
Le chef de file du PST, Rachedi précise que «la question de la souveraineté populaire est une question principale dans le «Hirak». Depuis le 22 février dernier, les propositions illégitimes proposées comme solutions utile dans le futur, ont été tous rejetées à travers les manifestations des vendredis ainsi que celles intervenues au milieu de semaines. Le peuple a dit son mot mais le système insiste pour assurer sa pérennité», dira le conférencier. « Depuis le premier soulèvement populaire, le PST s’est exprimé sur la solution démocratique qui assure la légitimité du peuple. Nous avons dit que seul le peuple décidera de son avenir à travers l’élection d’une assemblée constituante souveraine. C’est-à-dire on doit lever toutes les entraves pour exercer la démocratie en toute liberté, alors que le retour de la répression, comme ce fut le cas les semaines dernières durant des manifestations pacifiques, cela complique encore plus la situation.»
Med Wali

Source : lecourrier-dalgerie

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here