L’Algérie mène une guerre électronique contre le Maroc

Algérie –L’Algérie continue d’accuser le Maroc de cyberattaque, mais mène en coulisse une guerre électronique sur les réseaux sociaux pour nuire à l’image du royaume et à ses institutions.

Dans une récente intervention, Ammar Belhimer, le ministre algérien de la Communication et porte-parole des généraux, a indiqué que plus de « 100 sites électroniques et médias marocains mènent une guerre électronique contre l’Algérie. Soutenues par la France et Israël, les autorités marocaines mobilisent et utilisent des influenceurs contre l’Algérie ».

Ammar Belhimer a rappelé à l’occasion les propos du président algérien, Abdelmajid Tebboune, qui déclarait que « 97 sites s’activaient dans une guerre cybernétique contre l’Algérie », fait savoir le quotidien Al Ahdath Al Maghribia, soulignant que c’est pourtant l’Algérie qui, à travers des faux comptes et des comptes anonymes, s’attaque au Maroc et à ses institutions.

Lire aussi :
Travaux publics : une enveloppe de plus 100 milliards destinée aux infrastructures annoncée

Selon la même source, ces relais électroniques du régime algérien sont allés jusqu’à accuser des responsables marocains d’avoir usé de terreur lors des dernières manifestations contre le pass sanitaire organisées au Maroc, n’hésitant pas par ailleurs à pirater des pages de groupes anti-vaccin au Maroc pour y publier des messages hostiles au royaume.

Ces actions menées par le régime algérien contre le Maroc prouvent que l’Algérie n’est pas près de renoncer à sa politique de guerre contre le royaume, malgré le fait qu’elle ait décidé depuis août de rompre ses relations diplomatiques avec le Maroc, d’interdire aux avions civils et militaires marocains de survoler son espace aérien et de ne pas renouveler le gazoduc Maghreb-Europe.

Lire aussi :
Immigration : les algériens bientôt autorisés à rallier l'Australie

Abonnez-vous à notre chaine youtube

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

SUR LE FIL