in

L’ALGÉRIE PLEINEMENT IMPLIQUÉE DANS LE PROCESSUS DE PAIX EN LIBYE : L’initiative de Tebboune

Très louable initiative que celle que vient de prendre le président de la République. Abdelmadjid Tebboune, à la faveur de sa participation avant-hier à la Conférence de Berlin sur la Libye, concernant « la disponibilité de l’Algérie à abriter le dialogue entre les frères libyens ». Lors de sa prise de paroles devant les chefs d’Etats présents, le président de la république, le Président de la République n’a pas manqué de renouveler son appel à « la communauté internationale d’assumer sa responsabilité en matière de respect de la paix et de la sécurité dans ce pays », affirmant que « l’Algérie refuse toute atteinte à son intégrité nationale et à la souveraineté de ses institutions ».

Une feuille de route aux contours clairs
Dans le but d’éloigner le spectre de la guerre de toute la région, Abdelmadjid Tebboune a indiqué dans ce sens  » Nous sommes appelés à arrêter une feuille de route aux contours clairs, qui soit contraignante pour les parties, visant à stabiliser la trêve, a stoppé l’approvisionnement des parties en armes afin d’éloigner le spectre de la guerre de toute la région ». Du reste, M. Tebboune appelé tous les participants à cette rencontre à « encourager les parties libyennes à s’asseoir autour de la table pour résoudre la crise par le dialogue et les voies pacifiques et éviter ainsi des dérapages aux conséquences désastreuses ». Et d’ajouter : « l’Algérie est prête à abriter ce dialogue escompté entre les frères libyens ». Par ailleurs, il a réitéré « l’attachement de l’Algérie au maintien de la région loin des ingérences étrangères ». La sécurité de la Libye est le prolongement de notre propre sécurité et le meilleur moyen de préserver notre sécurité régionale reste la coopération et l’entraide avec nos voisins pour faire face au terrorisme et à l’extrémisme », a-t-il poursuivi. A cet égard, le Président de la République a rappelé « les efforts que l’Algérie n’a eu de cesse de déployer pour inciter les parties libyennes à adhérer au processus de dialogue, parrainé par les Nations Unies et accompagné par l’Union africaine (UA), en vue de former un gouvernement d’entente nationale apte à gérer la transition et la réédification des institutions de l’Etat libyen pour relever les défis qui se posent au peuple libyen ».

Adoption d’un plan de règlement de la crise libyenne
Ainsi, un plan de règlement de la situation en Libye a été adopté lors du sommet sur la paix dans ce pays, et c’est un grand « succès » a constaté Angela Merkel. Il a été décidé de créer une commission de suivi selon la formule 5+5. Selon le document, un comité spécial de suivi sera mis en place sous l’égide de l’ONU pour mettre en oeuvre les résultats de la Conférence de Berlin sur la Libye, et suivre les progrès essentiellement basés, le cessez-le-feu, l’embargo sur les armes, la reprise du processus politique, les réformes du secteur de la sécurité, les réformes économiques, les droits de l’Homme Tous les participants aux négociations se sont engagés à ne pas aider militairement les parties en conflit. Une nouvelle rencontre, destinée à renforcer le cessez-le-feu en Libye, est prévue dans un avenir proche, a indiqué la chancelière allemande. Par ailleurs, Merkel a déclaré à la presse « Nous avons convenu que nous voulons respecter cet embargo sur les armes décidé en 2011 par les Nations unies et que cet embargo sera plus strictement contrôlé qu’auparavant ».

Solidarité humanitaire avec le peuple libyen
« Le cauchemar humanitaire » en Libye doit être évité, a déclaré le chef de l’ONU lors du sommet de haut niveau sur la Libye à Berlin, le secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a déclaré que l’aggravation du conflit faisait déjà des ravages parmi les civils, avec 220 écoles dans la capitale, Tripoli, fermées et des migrants et réfugiés pris au piège dans des centres de détention près des combats. Dans ce cadre, le Croissant- Rouge algérien (CRA) a acheminé hier vers la Libye, sur instruction du Président de la République, Abdelmadjid Tebboune, 100 tonnes d’aides humanitaires constituées de denrées alimentaires et de médicaments. Le coup d’envoi de cette troisième aide de solidarité au profit des populations libyennes vivant dans la région frontalière de Ghadamès a été donné à partir de l’Office du Complexe Olympique Mohamed-Boudiaf (Alger) par la présidente du CRA, Saïda Benhabiles. La première responsable du CRA a affirmé à cette occasion que la décision du président de la République « exprime l’attachement du peuple algérien aux liens de fraternité avec le peuple libyen », la présidente du CRA a indiqué que ces aides sont destinées exclusivement aux populations libyennes vivant au niveau de la région frontalière de Ghadamès.
Rabah Karali/Agences

 

Partagez l'article :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *