l’Algérie pose ses conditions avant de s’engager au Mali

+ RECENTS

Algérie – Depuis 2012, le Mali est confronté à une instabilité sécuritaire chronique qui a de graves répercussions sur toute la bande sahélo-saharienne. Il y a 9 ans de cela, il aura fallu une intervention de l’aviation française pour stopper l’avancée des groupes djihadistes qui se dirigeaient tout droit vers Bamako, la capitale malienne.

À l’époque, il s’agissait de l’opération Serval qui avait permis de sauver Bamako. À partir de cet instant, la France allait se positionner au Mali pour une longue période afin de garantir la stabilité de tout le sahel.

C’est ainsi que la force Serval s’est muée en la force Barkhane. En plus de la France, d’autres troupes étrangères sont présentes au Mali. On peut notamment citer l’Union européenne, la Mission des Nations Unies pour le Mali (MINUSMA).Malgré cette forte présence militaire, le Mali ne fait que s’enliser dans la crise sécuritaire.

Il y a quelque temps, la France a décidé de lancer un processus de retrait de ces soldats du Mali et mettre en place une autre stratégie pour lutter contre le terrorisme ouest africain. C’est ainsi que Paris est à la recherche de solides partenaires pour gérer ce dossier hautement complexe.

l’Algérie en position de force

L’Algérie qui a une certaine expérience de ce genre de crise pourrait à court terme endosser le rôle de gendarme du Mali. Mais pour que cela arrive, Alger a posé des conditions non négociables. Les autorités algériennes ont indiqué qu’ils sont prêts à s’engager au Mali à la seule condition que la France procède au retrait total de ses soldats.

Alger ne veut pas d’une tutelle et ne veut rendre compte à aucune force étrangère. C’est simple, pour que l’Algérie s’engage, il faut que la France plie bagage. Les dirigeants algériens ont de nombreuses propositions dans leurs tiroirs afin de résoudre la crise malienne, mais il faut dire que toutes ses propositions ne sont pas du goût de Paris.

En effet, l’Algérie souhaite apporter tout son soutien à l’actuelle junte militaire qui est au pouvoir ce qui n’emballe pas du tout les autorités françaises. Il ya d’autres propositions qui sortent de l’ordinaire, mais qui nécessitent de nombreux de compromis. Ce qui est sûr, c’est Alger qui dicte le tempo et la France va devoir jouer des coudes apporter son aide financière pour bénéficier de la coopération algérienne.

Abonnez-vous à notre chaine youtube

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

LES PLUS LUS

NE MANQUEZ PAS !