Lamamra compte sur la vision de Tebboune pour lutter contre le terrorisme

Algérie –Le ministre des affaires étrangères et de la communauté nationale à l’étranger a émis le souhait mardi que l’Afrique doit adopter la vision du président Abdelmadjid Tebboune concernant la lutte contre le terrorisme. Il l’a fait savoir lors de sa dernière participation aux travaux de la réunion ministérielle du conseil de paix et de sécurité de l’Union Africaine, renseigne un communiqué des services de son département. 

Après le moyens-orient, le continent noir est devenu la terre sainte des mouvements radicaux. Au Sahel, mais aussi à la corne de l’Afrique, en Afrique centrale comme à l’ouest, la violence fait rage. C’est dans ce contexte difficile et dangereux que le chef de la diplomatie Algérienne, Ramtane Lamamra, a invité les Etats membres à s’inspirer de « l’expérience algérienne » et à « adopter la nouvelle vision récemment proposée par le président de la République, Abdelmadjid Tebboune », affirme un communiqué du ministère des affaires étragéres.

Selon Lamamra, « s’il faut tirer une leçon de l’expérience algérienne, c’est qu’à chaque fois qu’une réponse militaire est nécessaire, elle doit être associée à un large éventail de mesures pour s’attaquer aux causes sous-jacentes ». Le ministre des Affaires étrangères n’a pas omis de souligner que le terrorisme est « une menace croissante » en Afrique, ce qui devrait pousser vers « une approche globale qui dépasse la dimension sécuritaire ».

« Cette combinaison entre la dureté et la douceur, dans le cas de nombreux pays, a fourni la clé pour vaincre la propagande terroriste, tarir toutes ses sources de financement et priver les groupes extrémistes de leurs zones de recrutement », a- t-il poursuivi.

Selon Lamamra, au niveau international, la question du terrorisme et de l’extrémisme violent semble être « reléguée au second plan ». Au moment où le terrorisme ravage l’Afrique,« les pays africains doivent parler d’une seule voix forte et claire pour souligner qu’il s’agit d’une menace mondiale », martèle-t-il, avant d’ajouter que le terrorisme « ne connaît pas de frontière, de nationalité ou de religion ».

« l’Algérie a toujours plaidé pour la nécessité de renforcer la coopération aux niveaux régional et international »

Toujours selon le même intervenant, « il n’y a pas de politique de lutte « standard » contre le terrorisme ou la radicalisation ». Il explique ensuite que « comprendre le contexte et l’histoire d’une nation reste une condition préalable à l’élaboration et à la mise en œuvre réussie de stratégies de lutte contre le terrorisme ».

Lamamra a, par ailleurs profité de cette réunion pour souligner que « l’Algérie a toujours plaidé pour la nécessité de renforcer la coopération aux niveaux régional et international pour inverser la déstabilisation causée par le terrorisme et l’extrémisme violent ». Sur le plan continental, Lamamra a déclaré que « face aux proportions alarmantes de cette menace dévastatrice, mon pays a récemment avancé un certain nombre de propositions concrètes ». Le même intervenant avait appelé « à l’élaboration d’une stratégie continentale de prévention et de lutte contre le financement du terrorisme, sur la base des recommandations prévues par la réunion d’Alger, tenue en avril 2018 ».

Enfin, Lamamra a indiqué que l’UA est tenue de jouer son rôle qualifié de « majeur » dans la lutte contre la menace terroriste. « Ceci est très important, ajoute Lamamra, si nous voulons gagner la soi-disant « bataille des cœurs et des esprits ».

Lire aussi :
Conférence de Paris sur la Libye : Ramtane Lamamra condamne fermement l’ingérence étrangère

Abonnez-vous à notre chaine youtube

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

SUR LE FIL