in

L’argent et la politique : le milliardaire Abdelmalek Sahraoui, symbole de « l’intégrité » de la « Nouvelle Algérie »

Selon algeriepartplus? « Des élections loin de l’argent sale ». C’est avec ces termes que le Président Abdelmadjid  Tebboune a promis aux Algériennes et Algériens des nouvelles élections législatives « propres et transparentes » et libérées de l’influence  des lobbys de l’argent, à savoir ces milliardaires qui achètent tout simplement leurs sièges au sein du Parlement à coup de milliards de centimes en finançant des campagnes électorales populistes et mercantiles. Tebboune avait promis de nouvelles élections législatives anticipées le 12 juin prochain totalement différentes des échéances électorales du passé. 

Il s’avère que Tebboune a fait encore une fois de fausses promesses. Preuve en est, au FLN, le parti historique qui joue toujours les premiers rôles lors des élections législatives ou locales, les grandes manoeuvres ont déjà commencé pour lancer les « enchères » et offrir les futurs sièges de parlementaires aux plus « offrants ». En effet, le milliardaire Abdelmalek Sahraoui, le dernier des oligarques de l’ère Bouteflika qui a été épargné par la purge menée par l’institution militaire et judiciaire au sein des milieux économiques, a sorti le « chéquier » et s’est proposé de prendre en charge les frais les plus onéreux du FLN dans plusieurs wilayas du pays à condition… que la direction du parti lui concède le droit de se représenter une nouvelle fois dans la wilaya de Mascara pour briguer un deuxième mandat de parlementaire… et jouir ainsi de la très précieuse immunité parlementaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *