🔥 L’armĂ©e française quitte la plus importante base militaire d’Afrique, Ă  50 km de la frontière algĂ©rienne

RADIO-M – Le commandant du secteur opĂ©rationnel de l’opĂ©ration Malco au nord-est du Mali de l’armĂ©e française a remis la base terrestre de Tassalit de l’opĂ©ration Barkhane Ă  l’armĂ©e malienne, reprĂ©sentĂ©e par le colonel Idrissa TraorĂ© du cĂ´tĂ© malien, lors d’une cĂ©rĂ©monie en prĂ©sence des autoritĂ©s maliennes.

Idrissa TraorĂ© a dĂ©clarĂ© : “Cette remise s’inscrit dans le cadre de la remise du camp de Barkhan aux forces armĂ©es maliennes, et que la dĂ©cision des plus hautes autoritĂ©s de son pays lui a confĂ©rĂ© un sens existentiel en tant que militaire en terre malienne”.

SituĂ©e Ă  seulement 50 km de la frontière algĂ©rienne et Ă  1200 km de la capitale malienne Bamako, la ville de l’Azawad de Tassalit se distingue par sa situation militaire stratĂ©gique distinguĂ©e car elle est situĂ©e au milieu d’une plaine de pierre aride entourĂ©e de hautes collines qui offrent une vue dĂ©gagĂ©e vers les quatre cĂ´tĂ©s.La ville abrite une mine de gypse et une usine.Pour le gypse, elle est entourĂ©e d’une zone prometteuse avec d’autres mines importantes, selon les recherches et les explorations. L’importance de ce site a augmentĂ© ces dernières annĂ©es en raison des activitĂ©s terroristes menĂ©es par des groupes armĂ©s, dont la plupart sont affiliĂ©s Ă  l’Organisation Al-QaĂŻda au Maghreb islamique, tandis que certains d’entre eux sont affiliĂ©s Ă  des passeurs actifs dans le commerce. dans les cigarettes, les armes et les drogues.

Lire aussi :
🔥Restitution des fonds pillés : pas de libération des prisonniers, le règlement appartient aux entreprises

Les monts Tessalit offrent des destinations prĂ©cises pour une surveillance militaire et sĂ©curitaire claire de très vastes zones aux frontières entre le Mali, l’AlgĂ©rie et le Niger, ce qui permet une surveillance prĂ©cise des mouvements des groupes armĂ©s. C’est ce qui a fait dire Ă  un officier supĂ©rieur français : « Quiconque trouve un poste sur les hauteurs de Tassalit a les conditions requises pour contrĂ´ler toute la rĂ©gion du Sahel et du Sahara. Cela a incitĂ© les forces amĂ©ricaines Ă  essayer dans le passĂ© d’Ă©tablir la base AFRICOM, avant qu’elles ne dĂ©cident de s’installer en Allemagne et d’ĂŞtre remplacĂ©es par les forces françaises.

Lire aussi :
Installation des généraux Titouche et Abdou dans leurs nouvelles fonctions

Cela intervient au moment oĂą la France a critiquĂ© le rapprochement russo-financier dans le domaine de la coopĂ©ration militaire des deux pays, qui a abouti Ă  la visite du ministre malien des Affaires Ă©trangères Ă  Moscou, oĂą il a dĂ©clarĂ© qu’il “n’exclut pas une demande de L’assistance russe pour faire face aux dĂ©fis internes.”

Et en octobre dernier, le chef d’Ă©tat-major français avait annoncĂ© que la “Force Barkhane” de lutte contre le terrorisme avait entamĂ© la dernière Ă©tape de la remise de la base de Kidal, dans le nord du Mali, Ă  la mission de maintien de la paix des Nations unies et Ă  l’armĂ©e malienne. Paris a Ă©galement commencĂ© en juillet Ă  rĂ©organiser sa prĂ©sence militaire dans la rĂ©gion du Sahel (Afrique de l’Ouest), notamment en quittant les bases situĂ©es Ă  l’extrĂŞme nord du Mali (Kidal, Tombouctou et Tessalit) et envisageant de rĂ©duire le nombre de ses forces dans la rĂ©gion. d’ici 2023 entre 2 500 et 3 000 Ă©lĂ©ments, contre plus de 5 000 actuellement.

 

Abonnez-vous Ă  notre chaine youtube

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

SUR LE FIL