Le CHU Frantz Fanon sous pression : L’inquiétude s’amplifie à Blida

1

Il faut reconnaître qu’on s’approche de l’alerte 2, soit un nombre de malades oscillant entre 50 et 200 cas. Actuellement, nous en sommes à une quarantaine. Le confinement de notre wilaya risque ainsi d’avoir lieu dans les tout prochains jours», déclare un médecin spécialiste au Chu Frantz Fanon. Une chose est sûre, à Blida, la panique est toujours là, d’autant qu’un nouveau cas a été enregistré à El Affroun. Il s’agit d’une dame, la cinquantaine, contaminée par une proche venue d’Espagne.

Et dire que les assurances des officiels se heurtent à une réalité plus qu’amère. Samedi, le ministre de l’Intérieur était de passage à Blida pour inaugurer un pavillon de confinement des malades atteints de coronavirus (ou suspectés en attendant les résultats des tests). Il avait d’ailleurs rassuré que tous les moyens sont mis à la disposition des malades atteints du Covid-19 et de ceux effectuant le test.

Lire aussi  Algérie Télécom : Le PDG démis de ses fonctions

Le même discours a été repris hier, lors de son passage à l’émission «L’Invité de la rédaction» de la Radio algérienne. Il avait déclaré que tout le matériel nécessaire et les kits de prélèvement étaient disponibles. Paradoxalement, et au moment où son intervention passait sur les ondes, l’hôpital de Boufarik connaissait une grande affluence de citoyens venus effectuer le test après avoir été en contact avec des malades ou présentant des symptômes inquiétants. C’était encore une fois la pagaille, qui n’est pas sans conséquences malheureusement sur la propagation du virus du moment où tout le monde se bouscule dans les couloirs. Face à la pression, des citoyens ont été appelés à revenir ultérieurement faute de kits de prélèvement (sanguin et nasal).

Des médecins et paramédicaux présentaient des signes de burn-out car faisant face à une charge énorme. Bref, il était impossible de satisfaire toute la demande de citoyens venant s’enquérir de leur état de santé. «Je souffre d’une forte fièvre depuis déjà une semaine. En me présentant à l’hôpital pour le test, on m’a fait comprendre que la journée de ce dimanche était réservée pour les personnes inscrites jeudi dernier. J’ai supplié le personnel médical et paramédical pour me prendre en charge, en vain. Ils étaient dépassés», témoigne-t-il.

Lire aussi  Algérie Télécom : Le PDG démis de ses fonctions

Craignant pour la santé de son père, son fils a décidé de le transférer en France pour une prise en charge en urgence. «Nous avons une résidence à Paris. La décision a été prise par la famille de l’évacuer, car il s’affaiblit de jour en jour et nous craignons qu’il soit contaminé par le virus et d’éventuelles complications. Je dois juste voir Air Algérie s’il y a un vol dans les meilleurs délais.»

 

Source article : elwatan.com

1 COMMENTAIRE

  1. Les généraux sont viciéux pernicieux machiavéliques ils ne reculent devant rien.Ils ont passé un contrat avec macron pourqu’il déclare le confinement en france et ainsi faire peur au hirak. Mais nous ne ferons jamais marché arriere:c’est pas un virus spheroinide qui va nous arrêter nous jouerons au football avec

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici