in

Le commissaire de police Touati Krimo, chef de la cellule de communication et des relations publiques de la SW de Boumerdès, à Tribune des Lecteurs :  » Le rôle capital du citoyen dans l’équation sécuritaire « 

Entretien réalisé par Samia Acher

Dans la lutte contre tous les fléaux, le commerce illicite et la consommation de la drogue, nous a indiqué le chef de la communication et des relations publiques de la sûreté de la wilaya de Boumerdes, commissaire de police Touati Krimo qu’il a bien voulu nous accorder. Pour autant, la sûreté nationale ne néglige pas le volet « répressif », en menant une guerre sans merci contre tous les  » hors-la- loi  » tels les dealers, leurs fournisseurs et leurs réseaux où qu’ils sévissent sur le territoire national. Pour le chef de la communication et des relations publiques de cette ville côtière, la prévention reste au coeur de la stratégie adoptée par la DGSN, pour lutter efficacement contre toutes formes de criminalité. Pour Touati Krimo, les policiers ne doivent pas outre passer les pouvoirs que leur confère leur fonction. C’est pourquoi, des instructions formelles ont été données à l’ensemble des éléments afin qu’ils agissent de « manière correcte » lors de toute intervention pour préserver l’ordre public. Il est clair selon lui qu’il est impératif de rapprocher les citoyens des services de sécurité. Ces derniers qui veillent 24/24 à assurer la paix et la quiétude des habitants de cette ville paisible. Le même responsable a fait savoir que la couverture sécuritaire a atteint 90 % dans cette belle ville côtière. C’est ce qui ressort de manière claire à travers l’entretien que le commissaire de police Touati Krimo nous a accordé. Ainsi, selon l’interviewé, le nombre d’affaires traitées a connu une hausse grâce à l’implication des citoyens dans l’équation sécuritaire, à non douter de cette politique prônée par la DGSN pour lutter efficacement contre la criminalité. Selon lui la conscience en matière de sécurité est ancrée chez les habitants de Boumerdes, Dans ce cadre, le bilan de ces activités fait ressortir un déploiement sur tous les fronts des services de Police, d’autant plus que ce corps a bénéficié d’un plan de développement ambitieux visant à renforcer l’ensemble de ses potentialités, revaloriser les capacités professionnelles de ses effectifs et moderniser les méthodes et les moyens de ses services à l’effet de les adapter aux exigences de la sécurité publique et de la lutte contre la criminalité qui constitue une priorité absolue dans l’action de la Police. En somme, les services de police de la wilaya de Bomerdes , sont sur une note positive à travers ces diverses interventions, selon les propos du commissaire de police Touati Krimo. Pour en savoir davantage sur le rôle, les méthodes appliquées ainsi que les bilans des affaires traitées, lisez l’entretien.

Pouvez-vous nous présenter un bilan global des affaires traitées par vos services durant l’année 2018 ?
Touati Krimo : Durant l’année 2018, les différentes brigades de la police judicaire, au niveau des sûretés urbaines et Daira ont traité 3250 affaires criminelles, ayant entrainé l’arrestation de 4435 individus dont 31 étrangers dont la plupart est d’origine africaine, 3966 majeurs de sexe masculin, 280 femmes et 151 mineurs. Parmi ces affaires élucidées 453 affaires sont liées à l’association de malfaiteurs, au port d’arme prohibée, bagarre, réseau de malfaiteurs. Concernant les affaires liées à l’atteinte aux personnes, les mêmes services ont résolu 1364 affaires judicaires, notamment celles relatives aux coups et blessures volontaires, l’humiliation, injure et 82 affaires liées aux moeurs (Prostitution) ont été traitées. Il est question également de 112 affaires liées aux crimes économiques et financiers qui ont été résolues dont la majorité touchait l’abus de confiance, l’escroquerie, faux usage de faux. Au sujet des affaires relatives à l’atteinte aux biens des personnes, nous avons recensé 858 affaires criminelles élucidées dont la majorité se rapporte au vol. Quant à la cybercriminalité il a été question de résoudre 67 affaires, toutes liées au chantage. Sur un autre volet à savoir la drogue, les brigades de la lutte contre ce phénomène ont traité 314 affaires ayant permis la saisie de 38 kg de drogue et 3977 comprimés de psychotropes. Aujourd’hui, le nouveau défi consiste dans la lutte contre les psychotropes prescrits sous des fausses ordonnances. Je dois insister sur l’impératif d’impliquer les citoyens dans l’équation sécuritaire.

Quelle évaluation faites-vous à la lumière de ce bilan ?
Nos services ont constaté que le défi d’aujourd’hui demeure la consommation de psychotropes, par conséquent nos brigades de lutte contre ce phénomène travaillent 24 /24 et nous n’aménageons aucun effort pour faire face à ce phénomène. Par ailleurs nous avons un plan d’action quotidien. Il y a lieu de signaler que la wilaya de Boumlerdes connait une couverture sécuritaire de l’ordre de 90%.

Comparativement à 2017, et pour la même période y-a-t-il une augmentation ou diminution du nombre d’affaires ?
Nous avons enregistré une hausse du nombre d’affaires élucidées ceci démontre l’implication des citoyens dans la culture de dénonciation. Il est clair que les habitants de Boumerdes ont joué un rôle favorable dans l’équation sécuritaire.

Selon les actions menées sur le terrain relatives à l’éradication des fléaux sociaux, quel est le phénomène le plus répandu selon les statistiques dont vous disposez ?
Nous travaillons sur deux volets répressif et préventif. Nous disposons des cadres compétents spécialisés dans l’information et la communication dans la police judicaire la sécurité publique. Nous avons des cadres spécialisées dans la drogue et les psychotropes, des brigades des mineurs spécialisés dans la protection de l’enfance, une brigade spéciale lutte contre la cybercriminalité. Nous avons un plan de communication annuel avec nos partenaires notamment de l’éducation nationale depuis la rentrée scolaire jusqu’à la fin de l’année scolaire. Nous procédons à la sensibilisation des élèves des trois paliers, à commencer par le primaire. Ces derniers auront droits à de simples explications sur la sécurité publique, l’environnement et la cybercriminalité. Pour les deux autres paliers, il est question de parler de la drogue, des moeurs. Notre plan d’action touche également 6 universités qui bénéficieront des journées de sensibilisation sur la cybercriminalité, la drogue et les psychotropes en plus des cours sur la police scientifique. La direction de la l’enseignement et la formation également est au coeur de nos journées de sensibilisation. Durant 2018, nous avons animé 1130 journées de sensibilisation. En plus des émissions de radio que nous animons dans ce sens au cours desquelles nous traitons des questions sécuritaires avec nos auditeurs. Nous effectuons des visites pédagogiques au musée central de la police située à l’école supérieure de police Ali Tounsi pour se rapprocher ses services de police. Les affaires liées aux coups et blessures volontaires sont les plus répandues avec 1364 affaires traitées. Je précise que les auteurs ne sont pas tous originaires de Boumerdes. Il y a lieu de signaler que Boumerdes est une ville côtière qui accueille énormément de touristes venus de partout.

Vos services sont -ils dotés de moyens nécessaires adéquats (humains et matériels) pour y faire face ?
Le policer est doté de tous les moyens pour accomplir sa mission grâce au potentiel matériel fourni par la DGSN. Il travaille plus à l’aise par rapport aux années précédentes.

Avez-vous enregistré des insuffisances dans la gestion sécuritaire de la saison estivale écoulée, notamment avec l’augmentation du nombre des touristes d’année en année ?
Durant la saison estivale 2018, au niveau de la wilaya de Boumerdes , nous avons élaboré une stratégie efficiente qui consiste à mettre en place de 4 postes de police minuscules , sous formes de sûretés urbaines, dotées de micros et des moyens techniques et scientifiques , pour rapprocher les estivants des services de police 24/24. Nous avons un plan d’action destiné aux estivants au cours du quel nous les sensibilisant sur les accidents de la circulation, la préservation de l’environnement. Nous avons renforcé les brigades pédestres et mobiles pour assurer la quiétude des estivants.

Un dernier mot ?
Nous avons évoqué différents défis sécuritaires au niveau de la wilaya de Boumerdes , et je peux dire que grâce à l’implication et le rôle capital des citoyens dans l’équation sécuritaire ainsi que le travail de proximité effectué par nos service , nous avons pu faire face à ces défis. Notre travail laborieux a donné ses fruits sur le terrain. Nos portes sont et resterons ouvertes au citoyens car sa quiétude est notre priorité absolue.

Source : tribunelecteurs

tribunelecteurs

Partagez l'article :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *