Le général “Ghali Belkicir” a impliqué tout le monde et s’est enfui

Au cours du troisième jour du procès, la défense des prévenus dans le dossier complexe « Condor » a pointé du doigt l’accusation contre « le général Ghali Belkasir », l’ancien commandant de la gendarmerie nationale qui a fui la justice, contre lequel plusieurs mandats d’arrêt internationaux ont été lancés. émis, car ils ont unanimement convenu qu’il est le cerveau derrière le tissage de tous les dossiers de corruption considérés par l’agenda judiciaire, depuis 2019, ce qui a causé tout le monde, y compris les pneus et les fonctionnaires, qui n’ont aucune élégance ou peine à considérer dans ces cas, comme le dossier de l’affaire, et ce en mobilisant la police judiciaire qui maîtrisait la rédaction de faux procès-verbaux et permettant au parquet d’obtenir des informations fausses et creuses.

Défense d’Ismail bin Hammadi : l’intention d’impliquer « Al Hammadi » est claire
La défense d’Ismail bin Hammadi, l’avocat Mouloud Mishako, a été surpris par la forme sous laquelle le dossier a été présenté, et a déclaré : “Il contient de nombreuses inexactitudes. Au contraire, les faits de l’affaire sont basés sur des spéculations et des conclusions infondées, et l’important c’est de tisser un dossier complet et intégré qui comprend de lourdes accusations à grande échelle. Ils traînent tout le monde en prison.

M. Mishako est revenu sur les circonstances dans lesquelles son client, Ismail bin Hammadi, a été poursuivi, et a déclaré, puisqu’il est parlementaire et bénéficie de l’immunité parlementaire, ils ont tout fait pour lever cette immunité et le traîner aujourd’hui devant vous, Monsieur le Président, et mon client, n’était associé dans aucune entreprise et nous avons soumis tous les documents et preuves devant vous Le juge d’instruction et nous vous les présentons aujourd’hui, et sur cette base nous disons qu’il s’agit de la preuve concluante de l’intention de l’impliquer et ses frères dans le dossier, et c’est en l’impliquant au motif qu’il est associé dans les sociétés « GB Pharma et Mobilis », mais plus grave, ils ont saisi sa maison familiale ainsi que la maison de sa femme et de sa fille avant il a été condamné.

L’avocat s’est référé aux rapports de l’Inspection générale des finances, qui selon lui ne sont “pas impartiaux”, car ils contiennent un arsenal d’erreurs et d’inexactitudes qui entravent en réalité la conduite de l’enquête, et ne sont même pas qualifiés pour le juge d’instruction de compter sur eux.

L’avocat Taher Bukhari, fondé contre Omar bin Hammadi, a expliqué que la police judiciaire, au début ou au début de son rapport d’ensemble, indique la suspicion d’implication des frères bin Hammadi et d’un groupe de leurs entreprises familiales affiliées au bin Complexe Hammadi en perpétrant des actes qualifiés de délits de corruption, en se référant à l’activité commerciale.A la famille avant les frères et sœurs, qui remonte au père, que Dieu ait pitié de lui.

S’adressant au tribunal, le professeur Bukhari a déclaré : « Monsieur le Président, tout type d’affaire qui est déplacé sur la base d’informations aboutit souvent à des acquittements, similaires à l’affaire, qui a récemment conduit à l’exclusion des suivis par des messages anonymes. De plus, dans le dossier de l’affaire il n’y a pas de plainte, et aucune constitution de partie civile n’a été constituée, notamment le ministère de la santé, des finances, des douanes, ou des biens de l’Etat, tandis que la constitution du trésor public s’est constituée partie civile en séance et a réclamé 10 000 dinars qu’à titre de dédommagement, contrairement à ce que le parquet a avancé dans sa plaidoirie lorsqu’il parlait de gaspillage d’argent public, et de sommes colossales encourues par le trésor.

En outre, l’avocat a demandé : « Qu’est-ce que l’accusation a saisi au début de sa plaidoirie avec le procès des deux anciens premiers ministres, Ahmed Ouyahia et Abdel-Malik Slack, et ceux qui les accompagnent… ? suivi, le début était de donner suite à mon client Omar bin Hammadi sur des accusations de participation à des déchets, mais cela n’a pas été effectué. Il a été suivi de cette accusation à la fin. Quant au crime de violation de l’échange, il n’y a pas d’inspection de la violation qui est délivrée par les “huissiers de justice” autorisés, car s’il y a une inspection ou un rapport suivi de procédures légales qui peuvent être suivies.

Se référant à la campagne électorale, la défense affirme que l’accusation est une « farce » à tous égards, car mon client est poursuivi dans cette accusation sur la base des déclarations du soi-disant Awaron Ahmed, qui a été reconnu coupable des mêmes chefs d’accusation dans le cas précédents, et par conséquent son témoignage est invalide.

ECHOROUK

Lire aussi :
Les autorités françaises continuent d'apaiser la tension avec Alger

Abonnez-vous à notre chaine youtube

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

SUR LE FIL