Le message codé de Saïd à Gaïd-Salah au tribunal : Je t’attends au tournant !

3

Le mépris affiché par le frère de l’ancien président Bouteflika au tribunal de Sidi M’hamed trouve son explication dans le caractère même de la parodie de procès de la corruption ordonné par le chef d’état-major de l’armée. Saïd Bouteflika ne reconnaît pas, et pour cause, la légitimité des juges qui ont été désignés par Gaïd-Salah pour conduire les auditions comme il leur a dicté.

Saïd Bouteflika estime, par son attitude dédaigneuse envers les magistrats qui l’interrogeaient, ce samedi, qu’il est toujours le chef dans la mesure où ceux qui ont ordonné qu’il soit emprisonné à Blida et entendu à Sidi M’hamed appartiennent tous au même système dont il était le parrain en tant qu’interlocuteur exclusif de l’ancien Président malade. Il est convaincu également que personne, y compris les juges, les prévenus et les journalistes des médias à la solde du pouvoir, mobilisés en force pour relayer cet ersatz de procès, ne croit au sérieux de la mise en scène grotesque voulue par Gaïd-Salah, depuis avril dernier, pour détourner l’attention de l’opinion publique et camoufler le coup d’Etat qu’il venait de commettre au lendemain de l’application de l’article 102.

Lire aussi  L’Algérie a-t-elle convaincu l’Egypte de lâcher le belliqueux maréchal Haftar ?

Pour Saïd Bouteflika, aussi bien les tenants du pouvoir actuels que la justice qu’ils ont instrumentalisée ne sont aptes à le juger. Les témoignages du général Toufik, dont des bribes ont été révélées par ses avocats, confirment cette thèse, l’ancien patron des services secrets ayant confirmé que la rencontre qu’il avait eue avec le frère et conseiller de l’ex-chef de l’Etat n’avait rien de secret et qu’il avait demandé à son interlocuteur d’en informer le chef d’état-major de l’armée. Aussi, bien qu’il soit décrié par les citoyens pour avoir voulu organiser un passage en force, en leur imposant un cinquième mandat humiliant, vu l’incapacité du candidat à sa propre succession à l’assumer, Saïd Bouteflika n’en est pas moins la pièce maîtresse qui pourra, demain, lorsque Gaïd-Salah sera enfin écarté du pouvoir, révéler les secrets des alliances et des tiraillements au sommet du pouvoir qui ont conduit à la grave crise actuelle, qui menace jusqu’à la sécurité et la souveraineté du pays.

Lire aussi  Le président Tebboune est dans l’improvisation permanente

Le rire moqueur de Saïd Bouteflika au tribunal de Sidi M’hamed signifie à peu près ceci : «Je vous attends au tournant !»

A. S.

3 Commentaires

  1. C’est juste une mise en scène du FLN et ses adeptes,pas plus tard d’ici un mois ou deux seront jugés et graciés par l’élève du crapule Ouyahia et Bouteflika,ne rèvez pas les loups ne se mangent pas entres eux,ni les chiens aussi,le perdant est toujours le peuple d’en bas

  2. Sur l’achat de deux corvettes à l’Allemagne via une société Emirati , Gaid Fayeh à reçu 200 millions d’Euros de commissions.
    Le jour ou le Saïd va se mettre à parler, il va y’avoir un tremblement de terre.
    Tous , je dis bien tous ont vendu et voler l’Algérie, il n’y’a que des Lahassin Rangers comme Saladin et ses demeurés cachiristes qui sont content.
    Ils ne sont et n’ont jamais été Algériens, ils ont été importé d’Oujda par leurs maîtres.

  3. A ça place pourquoi il ne dévoile pas tout ceux qui ont participé à ce hold-up ce casse du siècle tout ceux qui ont profité des largesse de ce prince comme tout c est voyous appelés ministre premier ministre homme affaire généraux comme Gaïd salah qui n as pas les mains propre autant balancé tout ceux qui ce sont enrichie détourné des milliards au point ou il ce trouve mais avant tout lui-même ce petit caïd de saïd bouteflika n as pas respecté les institutions la justice qui fessais sont travail tout c est enquêtes de corruption malversations financière détournement des font publique des contrats donné de gré à gré à sont ami Haddad et les autres affairistes qui ont été classé étouffé par lui et sont ministre de la justice ce pouvoir n as jamais était légitime avec les fraudes électoral municipales législatives présidentielle ou ce pouvoir bourré les urnes et ce partager les municipalités siège de députés entre le FLN et le RND et le reste aux satellites de micro partie qui soutenait bouteflika MPA TAJ maintenant c est juste une guerre entre bande rival de voyous qui veut eux aussi leur part du gâteau autant enrichir détourné que la bande de saïd bouteflika c est junte militaire à leur tête Gaïd salah autant voleur que les autres veut et désir plus c’est fois si avec le candidat du RND qui seras à c est ordres le contrôlera et lui garatiras toute impunité poursuite justicaire

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici