in

Le ton monte chez les sages-femmes : Le syndicat national en conclave à Alger

La Fédération nationale des travailleurs de la santé et le Syndicat national des sages-femmes tiennent, aujourd’hui, une assemblée générale au niveau du siège de la Centrale syndicale à Alger, apprend-t-on d’un communiqué de l’UGTA parvenu à notre rédaction.

Au cours de cette rencontre qui regroupera également syndicalistes et adhérents de l’UGTA, il sera question de discuter des «préoccupations des sages femmes». De fait, cette question renvoie à l’affaire de la parturiente, décédée avec son bébé, dans la wilaya de Djelfa, il y a quelques semaines. Cette affaire a fait couler beaucoup d’encre et a suscité l’indignation générale sachant que la victime a été refoulée et refusée d’une prise en charge par bon nombre d’établissements hospitaliers de cette région. D’ailleurs, elle a dû accoucher dans une voiture avant de succomber à ses souffrances qui lui étaient fatales, aussi bien que pour le bébé qu’elle portait dans le ventre. Pour la suite, on a su que les premières sanctions ont tombé sur la tête du personnel de santé mis en cause, dont une sage-femme en particulier, qui se retrouve sous les verrous. Ainsi, tout porte à croire que la rencontre d’aujourd’hui est motivée par le besoin de remettre en cause les conditions professionnelles, voire sociales, de cette catégorie de la corporation médicale. Les signes de grogne au sein de la famille de la santé en général ont été observés au lendemain de l’emprisonnement de la personne mise en cause. En effet, plusieurs rassemblements ont été organisés devant la DSP de cette wilaya. Au-delà de demander la tête du premier responsable de la santé à Djelfa, les syndicalistes ont voulu attirer l’attention de la tutelle sur un secteur en proie à un laisser-aller manifeste. Si l’initiative en elle-même permettrait de traiter en profondeur les non-dits d’un malaise ainsi éclaté au grand jour, il n’en demeure pas moins qu’il aurait été plus judicieux d’anticiper sur une situation qui aurait épargné la mort d’une femme en détresse et son bébé.
F. G.

Source : lecourrier-dalgerie

lecourrier-dalgerie