in

Les Algériens essuient un tir groupé de la droite et de l’extrême-droite françaises

Algeriepatriotique– Quatre événements sont venus confirmer la montée de la tendance anti-algérienne en France. Outre les campagnes de dénigrement habituelles, les crises passagères récurrentes entre les gouvernements des deux pays et les reportages clé-en-mains qui provoquent l’ire des autorités algériennes à chacune de leurs diffusions calées sur des événements précis, les milieux politiques s’en mêlent ouvertement en s’en prenant avec hargne à l’Algérie et aux Algériens.

Le raciste égyptien naturalisé français Hossam Messiha, rebaptisé Jean, s’est fendu d’un nouveau tweet en réaction à la sortie incongrue de Hachemi Djaâboub sur la France qui «est notre ennemie éternelle», a-t-il lâché – est-ce son rôle ? –, en retournant les propos de ce ministre islamiste qui n’engagent que sa personne contre l’ensemble des Algériens, s’en prenant plus particulièrement à la communauté algérienne établie en France, des «flopées d’Algériens», a-t-il écrit, qu’il traite, comme à son habitude, avec vilenie.

Un nostalgique de l’Algérie française s’en allé, lui, faire une «projection de ce que serait devenu le vivre-ensemble en Algérie dans les années qui auraient suivi l’indépendance». «En Algérie, rumine-t-il, les Arabes auraient pratiqué sur les pieds-noirs l’obligation de se convertir par le sabre et par la force, puisqu’il s’agissait bien davantage d’une guerre de religion que d’indépendance.» Et de ressasser : «La valise ou le cercueil, il s’agissait bien de la seule solution qui nous était proposée. Nous l’avions tous compris !»

Partagez l'article :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *