Les dettes des pays africains effacées par l’Algérie refont surface

+ RECENTS

Algérie-Plusieurs pays africains et même arabes ont vu leur dettes être effacées grâce à l’intervention de l’Algérie ce processus concerne également les accords pour les échéances de remboursement de dettes de certains de ces pays.

Il certes vrai que le chiffre exact les opérations d’effacement de dettes de plusieurs pays africains et arabes reste toujours inconnu. Cependant ce mardi 7 septembre 2021 l’agence officielle a révélé le montant des opérations du genre, menées par l’Algérie en faveur de ces pays, et ce, entre 2010 et 2014. « L’ Algérie a procédé durant la période de 2010-2014 à l’annulation des dettes d’un montant global de 1,4 milliard de dollars ». Selon plusieurs sources. Notons que dans les détails, l’ensemble de ces dettes concernent 14 pays africains pour un montant de 902 millions de dollars et deux (02) pays arabes pour un montant de 504 millions de dollars. Mieux,  l’Algérie détient aussi d’autres créances sur certains pays qui n’ont pas fait l’objet d’annulation, mais font l’objet d’accords pour les échéances de remboursement.

Soulignons également que  l’aps, a tenu à insister sur le fait qu’en procédant à l’effacement des créances détenues auprès d’un nombre de pays africains et arabes, l’Algérie n’a jamais utilisé ce levier comme moyen de pression politique.

l’avis d’un expert sur la démarche de l’Algérie

« l’effacement les dettes de nombre de pays africains et arabes était un outil pour leur développement économique » Précise l’expert économique, Mustapha Mekideche. Pour ce dernier, l’Algérie, dans cette démarche, était uniquement sur le plan de « soutien économique et financier » et dans le cadre de « soutien aux mouvements de libération les pays africains et arabes » « l’Algérie n’a pas fait comme les autres pays, soit réclamer le remboursement les intérêts, puis que la dette, soit transformer cette dette en investissements algériens dans ces pays ». A t’il également affirmé.

En revanche, il a expliqué que l’Algérie « aurait pu transformer sa dette en investissements, bien que nous avions bel et bien besoin de beaucoup de produits de ces pays arabes et africains, mais elle ne l’a jamais fait ».

Abonnez-vous à notre chaine youtube

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

LES PLUS LUS

NE MANQUEZ PAS !