Les mesures d’urgence pour la relance de l’activité industrielle

+ RECENTS

Algérie- A travers la réunion du gouvernement tenue le samedi 31 juillet, Il a été décidé que l’attention soit particulièrement portée sur quelques dossiers qui peuvent être jugés prioritaires. Parmi les dossiers en question l’industrie a plus capté l’attention.

Depuis le premier exécutif du Président Tebboune, le secteur industriel n’en finit pas de se chercher une voie pour sortir du trou. Selon le communiqué officiel du Premier ministère, l’intervention a porté sur les principales mesures à caractère urgent, identifiées par le secteur de l’industrie, et dont la mise en œuvre permettra la levée des blocages qui entravent la randonnée de l’économie et boostera l’investissement productif. Une manière de montrer, avec habileté, que les précédentes actions des deux gouvernements dirigés par Abdelaziz Djerad, malgré l’affluence d’instructions, de directives et autres notes, ainsi que des jalons mis par le plan de relance, on en est encore aux actions destinées, comme le dit le communiqué du gouvernement, à la levée des blocages qui entravent le fonctionnement de l’économie.
La démarche engagée pour réussir cette initiative a permis l’identification de cinq axes stratégiques devant conduire à une meilleure performance de l’économie nationale. Il s’agit, d’abord, de la préservation de l’outil de production, il est vrai mis rudement à mal par les effets de la crise née fin 2014, puis la grande «lessive» induite par la crise politique de 2019, et enfin la conjoncture sanitaire. Les quatre autres axes identifiés pour conduire à une meilleure performance de l’économie nationale sont, respectivement, la préservation de l’outil de production, le développement de l’intégration locale, le ciblage des activités à soutenir dans le cadre de la relance de l’investissement, l’inclusion de l’économie industrielle privée, et enfin l’amélioration de la gouvernance des entreprises économique nationales.
Toujours dans l’intention de donner un coup de fouet à l’économie nationale, plusieurs autres mesures ont été préconisées.

Il s’agira de libérer l’acte d’investir, la dématérialisation des procédures administratives, l’engagement d’une profonde réforme fiscale visant à simplifier l’environnement fiscal de l’entreprise, la poursuite du dialogue public-privé, la redéfinition du rôle de la banque en tant qu’accompagnateur et conseiller de l’entreprise, et enfin, la dépénalisation de l’acte de gestion.

Rétablir la question de foncier industriel a également été au cœur des préoccupations. D’ailleurs le chef de l’exécutif a commandé que soit mené un recensement exhaustif des occupations des zones industrielles et des zones d’activités pour procéder à l’assainissement des situations qui n’ont pas été concrétisées par la réalisation de projets pour lesquels ils ont fait l’objet d’affectation.

Abonnez-vous à notre chaine youtube

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

LES PLUS LUS

NE MANQUEZ PAS !