in

Les procès de l’année 2019 sans aucun effet

© DR justice

Le classement de Transparency International pour l’année 2019, rendu public à la fin de la semaine écoulée, révèle encore une fois que les mesures de lutte contre le phénomène de la corruption entreprises par les pouvoirs publics ont montré leurs limites et n’aboutissent pas à des résultats efficients.

L’Algérie est toujours aussi mal classée dans l’indice de perception de la corruption établi par l’ONG Transparency International. Avec une 106e place mondiale sur 180 pays examinés, l’Algérie maintient une image de pays à forte présence des pratiques de corruption dans les secteurs public et privé.

Le classement de Transparency International pour l’année 2019, rendu public à la fin de la semaine écoulée, révèle encore une fois que les mesures de lutte contre ce phénomène entreprises par les pouvoirs publics ont montré leurs limites et n’aboutissent pas à des résultats efficients. L’année 2019 a pourtant été celle des mises en détention de hauts responsables de l’Etat ainsi que des oligarques ayant bénéficié de marchés douteux et de largesses de la part du Trésor public.

 

Partagez l'article :