Les robes noires en grève

Algerie L’histoire de l’Algérie est entrée dans une nouvelle phase en 2019 avec l’avènement du Hirak. Il s’agissait d’un mouvement spontané du peuple algérien pour dire non aux velléités de 5e mandat du président Abdelaziz Bouteflika. Toutes les couches sociales du pays étaient représentées au sein du Hirak. On retrouvait notamment des avocats.

À la chute du régime Bouteflika, le Hirak a continué à maintenir la pression pour exiger le renouvellement pur et simple de toute la classe politique. Au fil des manifestations, il y a u de nombreux heurts avec les forces de police, toute chose qui a conduit à des arrestations au sein du Hirak.

Les manifestants ont alors crié à l’acharnement et à l’abus de pouvoir. C’est dans ce contexte qu’une grande partie des avocats a pris fait et cause pour les militants du Hirak. De plus les avocats se sont organisés en collectif pour prendre la défense de diverses personnalités politiques et des responsables de la société civile qui n’hésitaient pas critiqués avec véhémence les insuffisances de l’État.

Les avocats veulent du changement

Il faut dire que les robes noires n’ont pas été épargnées par les différentes interpellations ds forces de l’ordre. Hier, mardi 06 juin, de nombreux avocats se sont mobilisés à Alger pour exprimer leur ras-le-bol face à la déliquescence de la justice dans le pays.

Ce sont les avocats du barreau d’Alger qui ont initié le mouvement. Ils sont descendus dans les rues pour demander la mise en place d’une véritable justice équitable. Le sit-in a rassemblé de nombreuses robes noires qui étaient sur les nerfs face à la présence massive des forces de l’ordre. Ces derniers ont érigé un périmètre de sécurité pour éviter les éventuels débordements.

Toutes les activités judiciaires relevant du domaine des avocats ont été suspendues. Les contestataires étaient rassemblées au niveau du tribunal de Sidi M’hamed. “L’Algérie a besoin d’une véritable justice, équitable, et non pas celle des instructions, du téléphone, de l’arbitraire et de la hogra. Y en a marre !” a laissé entendre Me Abdelmadjid Sellini, un des porte parole du mouvement

Lire cet article  Réaction du ministère de la défense dans l'affaire du sous-marin Israélien

Abonnez-vous à notre chaine youtube

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

+ RECENTS