in

LF 2020 : maintien de l’IRG et nouvelles taxes sur les véhicules, les téléphones portables, les PC, les transports et le tabac

De nouvelles taxes sont prévues dans la loi de finance 2010, signée ce mercredi par le chef de l’Etat, alors que l’IRG qui ruinent les pauvres salariés algériens est maintenu. Les Algériens continueront de payer l’impôt sur le revenu global, imposé provisoirement par Ahmed Ouyahia mais qui est toujours maintenu, au même titre que la vignette automobile ! En 2010, le pouvoir d’achat des Algériens est appelé à s’éroder davantage compte tenu des impôts qui sont prévus et qui se répercuteront sur les produits et les services dans la mesure où le citoyen est le dernier maillon de la chaine.

Ainsi, les Algériens payeront leurs véhicules plus chers avec l’institution d’une taxe annuelle, fixée à 1.500 DA pour les voitures de tourisme et à 3.000 DA pour les autres véhicules sur les véhicules automobiles et engins  roulant, lors de la souscription d’un contrat d’assurance par les propriétaires.

L’augmentation de la Taxe intérieure de consommation (TIC), applicable aux véhicules de grosses cylindrées, est augmentée de 30% à 60% avec l’extension de son champ d’application aux véhicules à essence d’une cylindrée excédent 1.800 cm3 et les véhicules diesel d’une cylindrée supérieure à 2.000 cm3.

L’assemblage des micro-ordinateurs sera à son tour régi par le dispositif CKD/SKD et ne bénéficiera donc plus du taux réduit de la TVA. Les téléphones portables seront par contre exclus du champ d’application du dispositif de montage CKD/SKD et seront soumis à un régime unique avec une augmentation du droit de douane auquel ils sont soumis, de 5% à 30%.

Les revenus tirés de la location des salles des fêtes et celles destinées à l’organisation de séminaires et de meeting seront soumis à la catégorie bénéfices professionnels de l’IRG, au lien d’un IRG à 15% actuellement.

Le taux d’IRG appliqué sur l’activité de consulting est rehaussé pour sa part, pour être fixé dans une fourchette allant de 10% à un taux proportionnel de 26% (contre un taux fixe de 10% actuellement).

La taxe additionnelle sur les produits tabagiques est à son tour augmentée pour être portée de 11DA à 22 DA par paquet.

La taxe d’efficacité énergétique pour les produits fabriqués localement et les produits importés est pour sa part réaménagée, alors que les produits à très forte consommation en électricité (classe D à G) seront autorisés à l’importation, mais fortement taxés (40%).

Mohamed Nassim

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *