L’interview de Tebboune au journal Der Spiegel vu depuis la France

Algérie –La chaine de télévision française, France 24 a notamment commenté l’interview d’Abdelmadjid Tebboune au journal allemand Der Spiegel. Elle considère que le président algérien a adressé une série de messages à la France.

“Le président Tebboune a adressé plusieurs messages à la France. D’abord, que l’Algérie est toujours en colère après les propos d’Emmanuel Macron dans lesquels il a remis en cause l’existence d’une nation algérienne avant la colonisation française”, indique l’éditorialiste de ladite chaîne.

Poursuivant : “La colère de l’Algérie ne concerne pas spécifiquement le président Macron en ce que le président Tebboune a expliqué que ses déclarations reflétaient, en fait, une vieille animosité des gouvernants coloniaux, en affirmant qu’il sait que Macron est tout à fait loin de cette inimitié”, soulignant que “le président algérien exempte Macron de cette haine coloniale et explique qu’il a tenu ces propos à des fins électoralistes”.

Lire aussi :
Italie : Sergio Mattarella entame une visite d'État en Algérie à partir de samedi

“L’autre message du président algérien dans son interview est que la France doit d’abord payer le prix de son erreur si elle veut que les relations redeviennent normales”, enchaine l’éditorialiste. “Le président Tebboune a laissé entendre que l’Allemagne pourrait avoir une place plus importante dans les relations de l’Algérie avec les pays occidentaux, ce qui signifie que la France n’est plus forcément le principal partenaire, d’où des projets en perspective, parmi lesquels la construction d’un grand hôpital à Alger et d’autres dans le secteur de l’énergie”, a-t-il précisé.

“Les relations vont-elles demeurer ainsi ? Le président Tebboune a dit une chose de la plus haute importance, à savoir sa déclaration dans laquelle il a affirmé qu’il ne ferait pas le premier pas. Cela signifie que la réconciliation est possible et cela s’apparente même à un appel aux Français pour que ce soit eux qui fassent le premier pas”, a fait remarquer l’intervenant, en ajoutant que “Tebboune a expliqué que s’il ne pouvait pas être le premier à tendre la main à la France, c’est parce qu’il perdrait les Algériens car ce n’est pas une affaire de président mais de nation”.

Lire aussi :
Assassinat de 3 algériens : le FFS condamne et accuse le Maroc et l'Israël

Abonnez-vous à notre chaine youtube

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

SUR LE FIL