Littérature arabe 2021 : Samir Kacimi sur la liste des nommés

+ RECENTS

Algérie-Le roman « Yaoum Ra’ie lilmaout »  de Samir Kacimi va concourir pour le Prix de la littérature arabe 2021, décerné par l’Institut du Monde Arabe à Paris – IMA et la Fondation Jean-Luc Lagardère. L’information a été publié par L’IMA  sur son site. Outre l’ouvrage de l’Algérien, y figurent « Corps célestes » de Jokha Al-Harthy d’Oman, « la Théorie de l’aubergine » de Leila Labhussein du Maroc,« Mr N. » de Nadjoua Muhammad Barakat du Liban,« le Silence des horizons » par Bayrouk Eliazad de Mauritanie, « la Dernière oasis » de Cherif Majdoulani du Liban, « L’état critique d’un dénommé K », par Aziz Mohammed d’Arabie saoudite et «Simples détails », de la Palestinienne Adania Chibli.

Créé en 2013, le Prix est la seule distinction française à récompenser la créativité littéraire arabe. Doté d’un montant de 10 000 euros, il valorise une œuvre (roman ou recueil de nouvelles) écrite en arabe ou traduite en français. Dans son roman, Samir Kacimi raconte l’histoire d’un journaliste qui envisage de se suicider en se jetant d’un immeuble. Il plonge dans le passé du héros, évoque ses expériences de plaisir physique et les problèmes de l’amour. Le roman se déroule dans un quartier populaire et chaotique d’Algérie où s’entassent les pauvres et les marginalisés. Le héros instruit espère, en se suicidant, faire de sa mort un événement spectaculaire, immortaliser son nom et crier son désespoir face au monde. Kacimi, diplômé de droit, écrit en langue arabe, il a d’abord été avocat avant de travailler comme correcteur dans la presse puis journaliste. Son roman «le Rêveur » a été déjà sélectionné pour le prix Sheikh Zayed lors de la session 2014.

Le magazine anglais « Banipal » a sélectionné aussi des chapitres de son roman « Pour l’amour d’une femme stérile » (2011), qui ont été publiés dans la langue de Shakespeare.« Yaoum Ra’ie lilmaout », publié en 2009 par Dar Al Arabialilouloum à Beyrouth et Al Ikhtilaf à Alger, puis Actes Sud en France, a été sélectionné pour le Prix Booker international 2010 de la fiction arabe. Le premier roman de Kacimi, « Déclaration de perte » (Tasrih bi-dhayaa, 2009), a obtenu le prix El-Hachemi Saïdani.« L’amour au tournant » (2011) est le premier de ses romans à être traduit en français. En décembre 2016, il a obtenu le prix Assia Djebbar pour son roman « Kitâb el mâchâ ».Avec huit titres publiés et une reconnaissance qui dépasse largement les frontières du Maghreb, il est devenu une des voix marquantes de sa génération. Vivant en Algérie, il écrit régulièrement dans la presse arabe et prend une part active à la vie culturelle et intellectuelle, notamment en organisant des manifestations littéraires.

Abonnez-vous à notre chaine youtube

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

LES PLUS LUS

NE MANQUEZ PAS !