LOUISA HANOUNE, SG DU PT : «La Présidence est dans l’obligation de respecter la majorité du peuple »

La secrétaire générale du Parti des travailleurs (PT), Louisa Hanoune, a exhorté la présidence de la République à répondre immédiatement aux revendications du mouvement populaire pacifique, contre la prorogation du mandat et en faveur du changement du système politique en place. Hanoune a demandé au président de la République, Abdelaziz Bouteflika, de se retirer à la fin de son mandat actuel, qui devrait prendre fin le 28 avril, en soulignant que le départ du Président est «une urgence» dans l’état actuel des choses et ce afin d’éviter la gravité de la crise politique. Elle a estimé que le pouvoir doit cesser de s’entêter en s’obstinant « à tout prix de sauver certaines parties qui incarnent ce même système » a-t-elle précisé. Selon la patronne du PT c’est de cette manière, dira –t-elle qu « le pouvoir tente de sauver les partis politiques qui représentent ce régime, épargner l’oligarchie prédatrice en place, et assurer le statu quo d’un régime de gouvernance présidentiel anti-démocratique» a affirmé hier, Louisa Hanoune, animant une conférence de presse. «Je pense qu’ils doivent apporter des réponses tout de suite aux revendications des millions de manifestants» a-t-elle déclaré, hier, en commentant la situation nationale dans le pays au lendemain d’une 4e marche populaire pacifique très forte et massive, à travers les wilayas du pays. Elle a appelé la présidence de la République à répondre favorablement «à la dissolution des deux chambres du Parlement (APN et Sénat) et aller vite à l’installation et formation d’un gouvernement technique » dont l’objectif, selon Louisa Hanoune «est de sauver le pays » a insisté la patronne du PT, qui a dit également que la présidence de la République « est dans l’obligation de respecter l’opinion de la majorité de peuple qui a dit non aux dernières mesures». Dans son message de renoncement à un 5ème mandat, et l’annulation des élections, lundi dernier, le président Abdelaziz Bouteflika a annoncé, pour rappel, des décisions, dont notamment «la tenue d’une conférence nationale inclusive». sur ce point, pour la responsable du PT, La conférence nationale « n’est qu’une manipulation et une tentative de se détourner de la souveraineté populaire», vu que dans sa composante, explique Louisa Hanoune «il n’y a point de mandat populaire car ses membres ne sont pas élus, et ne peut ainsi procéder à rédiger une nouvelle Constitution» a-t-elle relevé.
Hamid Mecheri

Source : lecourrier-dalgerie

lecourrier-dalgerie

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here