Lutte contre les incendies: L’Algérie devrait acquérir 8 bombardiers d’eau russe « Beriev Be-200 »

Algerie Eco – Selon le site algérien spécialisé en question de défense et de sécurité Menadefense, et rapporté par le site Sputnik,  il a été annoncé, hier, que les autorités algériennes devraient acquérir une flotte de huit Be-200 «Altaïr» du constructeur russe Beriev Aircraft Company afin de faire face aux feux de forêts.

Selon nos informations et à la suite d’une enquête ordonnée par le chef d’état-major algérien, le général Saïd Chengriha, pour déterminer les défaillances qui ont empêché l’achat de moyens aériens de lutte anti-incendie, ce dernier aurait demandé de relancer le projet d’achat de six avions amphibies bombardiers d’eau Beriev Be-200 avec une option pour deux autres appareils, précise Menadefense dans cet article.

Lire cet article  Covid-19 en Algérie : 166 nouveaux cas, 131guérisons et et 10 décès

Contacté par Sputnik, Akram Kharief, responsable de ce site spécialisé, explique que le choix de cet appareil est l’option la plus rapide pour permettre à l’Algérie de se doter d’une flotte d’avions bombardiers d’eau (ABE) dans les plus brefs délais.

Le Be-200 est l’option la plus rapide aux plus grandes capacités sur le marché. Le Canadair CL-415 n’est plus produit au Canada et le constructeur canadien Bombardier attend un plan de charge conséquent pour rouvrir la ligne de production. Les autres modèles sont soit trop petits soit à l’état de prototype à l’instar de l’AG600 développé par la Chine, indique le journaliste.

Lire cet article  Arabie Saoudite : fin de la distanciation physique à La Mecque pour les fidèles vaccinés

Selon Spoutnik, équipé de deux réacteurs, le Be-200 «Altaïr» peut transporter et larguer jusqu’à 12.000 litres d’eau ou de retardant en un seul passage, soit le double d’un Canadair CL-415. Selon Akram Kharief, le Beriev offre l’avantage d’être «versatile».

En plus de la lutte contre les incendies, il peut être utilisé pour le transport d’hommes et de fret et peut effectuer des patrouilles maritimes. Si la signature de ce contrat se confirme, l’Algérie devra mettre sur la table plus de 320 millions de dollars à raison de 40 millions de dollars l’unité, toujours selon la même source.

 

Abonnez-vous à notre chaine youtube

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

+ RECENTS