MARCHES DU VENDREDI Les Algériens préparent l’acte 11

0

Les Algériens auront, demain vendredi, un autre rendez-vous avec la mobilisation nationale contre le système politique. Depuis le 22 février, un bras de fer oppose le peuple, de plus en plus déterminé, au pouvoir de moins en moins maître de son destin.
Karim Aimeur – Alger (Le Soir) – Le 11e acte de cette mobilisation historique ne sera, sans doute, pas de moindre importance que les 10 vendredis passés. Les mots d’ordre seront les mêmes.

Demain donc, le peuple va renouveler sa détermination d’en finir avec le système politique et son refus que la transition soit gérée par les figures du régime, notamment le Premier ministre, Noureddine Bedoui, et le chef de l’Etat, Abdelkader Bensalah. Cependant, les marches de demain interviennent dans un contexte où la position de l’armée, qui s’est imposée comme l’interlocuteur du peuple, a évolué, n’évoquant plus l’élection présidentielle du 4 juillet et l’application stricte de l’article 102 de la Constitution.

L’armée parle désormais de solution consensuelle, d’élection présidentielle dans les plus brefs délais et de réunion des conditions d’organisation du scrutin. Le ministère de la Défense nationale a publié, hier, un nouveau discours du général de corps d’armée, Ahmed Gaïd Salah, prononcé lors de sa visite à la 5e Région militaire, sans préciser si ce nouveau discours complète ou annule le premier discours diffusé mardi.

Dans ce discours, le chef d’état-major de l’ANP a appelé au « dialogue constructif avec les institutions de l’Etat » afin d’aboutir à une solution consensuelle à la crise.
« Le dialogue est l’un des moyens les plus civilisés et les plus nobles dans les relations humaines et la voie la plus judicieuse pour présenter des propositions constructives, rapprocher les points de vue et atteindre un consensus autour des solutions disponibles », a-t-il affirmé. Depuis au moins le quatrième vendredi de mobilisation, c’est devenu une tradition. Le peuple manifeste vendredi.

L’armée répond au cours de la semaine au moment où le chef de l’Etat et le Premier ministre se sont complètement effacés. Et le vendredi suivant, c’est le peuple qui répond à travers ses marches pacifiques. Et à l’occasion de chaque marche, de nouveaux slogans apparaissent. Le vendredi passé, Saïd Bouteflika et Ahmed Ouyahia ont été fortement ciblés par des manifestants qui réclament leur emprisonnement.

Gaïd Salah a également été la cible des manifestants. Quels nouveaux slogans alors pour les marches de demain ? La mobilisation sera-t-elle encore plus forte que les semaines précédentes ? C’est, en effet, le dernier vendredi avant le mois de Ramadhan sur lequel on table pour voir le niveau de mobilisation reculer.

Mais face à un système qui s’obstine, manœuvre et manigance, le peuple est resté, jusqu’à présent, uni et refuse de céder sur ses revendications, expliquant, à travers les slogans, qu’il reste mobilisé en toutes conditions et dans toutes les circonstances. Les marches de demain interviennent également après le mardi de mobilisation des étudiants à travers toutes les universités du pays.

A Alger, les manifestations interviennent au lendemain de l’empêchement de la marche des syndicats autonomes par les forces de l’ordre.
Pour le moment, seules les marches des étudiants chaque mardi et celles de vendredi sont tolérées dans la capitale.

K. A.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here