Me Bouchachi appelle les Algériens à poursuivre « le combat »

1

Me Mustapha Bouchachi, a appelé ce jeudi à Bouira à bannir « toutes les pratiques d’exclusions et évacuer surtout le discours de haine en cette période de plein Hirak ». Il s’est prononcé contre le slogan » Yetnhaw Ga3″ (qu’ils partent tous)

« J’aime pas ce slogan » a-t-il avoué. « Ce sont les ministres et les personnes qui ont siégé durant la période du règne de Bouteflika qui doivent partir, pas les fonctionnaires des institutions », précise-t-il. Comme arguments, il a cité l’exemple de l’Irak. « Nous avons l’expérience de l’Irak, ils ont détruit leur pays après avoir vidé les institutions du personnel », a-t-il rappelé, en soulignant par ailleurs, que certaines parties ne veulent pas d’un changement radical du système.

« Notre but est d’aller vers un État de droit », a soutenu le conférencier. Sur les deux derniers discours de Gaïd Salah (mardi et mercredi) qui a appelé au dialogue pour sortir de la crise, Me Bouchachi s’est interrogé : « Mais dialoguer avec qui ? ».

L’avocat a dénoncé au passage « les pratiques répressives » à l’encontre des travailleurs qui ont été empêchés de marcher hier mercredi 1er mai à Alger, et ce, à l’occasion de la célébration de la journée mondiale des travailleurs.

« Feu Hocine Aït Ahmed disait toujours qu’ en 1962, nous avions libéré le pays mais pas l’homme. La révolution du 22 février est pour libérer l’homme », a soutenu Me Bouchachi, qui a lancé un appel aux Algériens à poursuivre « son combat » pour faire tomber « les symboles et les résidus du régime de Bouteflika ».

TSA

1 COMMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here