in

Meurtrière fin de trêve au Yémen

Au moins 83 soldats gouvernementaux ont été tués dans une attaque attribuée aux Houthis, à l’est de la capitale, Sanaa, après des mois de calme relatif au Yémen, pays le plus pauvre de la péninsule arabique en proie à la guerre depuis près de cinq ans. L’attaque, l’une des plus meurtrières contre des soldats du gouvernement, a visé samedi la mosquée d’un camp dans la province de Marib à l’est de Sanaa, ont indiqué hier des médecins et des responsables militaires.

Au moins 148 blessés ont été enregistrés parmi les soldats, ont rapporté les mêmes sources. Un premier bilan de 70 morts et de 50 blessés a été révisé à la hausse après le décès de nombreux blessés, ont expliqué ces sources en affirmant que l’attaque avait été lancée par les Houthis. Ceux-ci ne l’ont pas revendiquée à ce stade. L’attaque intervient après une offensive des forces progouvernementales contre les Houthis dans la zone de Nihm, au nord de Sanaa, selon ces responsables.

L’offensive se déroule avec le soutien de la coalition menée par l’Arabie Saoudite qui intervient au Yémen contre les Houthis appuyés par l’Iran. Cette attaque met fin à une période de baisse des activités militaires, constatée jeudi par l’émissaire des Nations unies au Yémen, Martin Griffiths. “Depuis début janvier, il y a eu neuf jours sans aucune frappe aérienne” au Yémen, a relevé l’émissaire qui rendait compte jeudi de la situation au Yémen au Conseil de sécurité. “Nous sommes (…) témoins d’une des périodes les plus calmes de ce conflit”, a dit l’émissaire de l’ONU avant de noter que “la désescalade militaire ne peut être maintenue sans progrès politique entre les parties (…) et c’est là (le prochain défi)”.

Les Nations unies peinent à réaliser une percée réelle vers la paix au Yémen. Un accord signé en 2018 en Suède, sous l’égide de l’organisation internationale, a permis une désescalade dans la ville portuaire stratégique de Hodeida (sud-ouest du Yémen) mais toutes ses clauses n’ont pas été appliquées.

R. I./Agences

liberte-algerie.com

Partagez l'article :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *