Mila : La chute des prix de l’ail suscite des craintes chez les producteurs

0

La grande baisse des prix de l’ail sur les marchés suscite les appréhensions des producteurs de cette plante potagère dans la wilaya de Mila, apprend-on auprès du président de l’association de wilaya des producteurs d’ail et d’oignon, Mohamed Djazi. Les producteurs redoutent les risques d’une commercialisation à très bas prix qui ne couvrira même pas le coût de revient et les charges. «Au marché de gros de Teleghema, le prix du kilogramme d’ail atteint 15 Da alors que la campagne de récolte lancée fin avril passé est encore à ses premières phases et si cette tendance persiste les quelque 400 producteurs d’ail essuieront de grosses pertes», a indiqué à l’APS, M. Djazi. «La production attendue d’ail dans la wilaya cette saison devrait dépasser un million de quintaux et nécessite une intervention des autorités de tutelle pour réguler les prix de ce légumes en garantissant un prix qui protège le producteur de la perte, surtout que la culture d’un hectare exige un investissement d’un million Da», a ajouté le même producteur estimant que faute de cela les agriculteurs seront dans l’incapacité de poursuivre leur activité dans cette filière. De son côté, le directeur des services agricoles (DSA), Messaoud Bendridi, a fait état des efforts de son secteur pour protéger les producteurs qu’il a invités à cueillir progressivement leur production pour éviter de mettre sur le marché de grandes quantités qui casseront les prix. à ce jour, la surface récoltée a été de 200 hectares, permettant, la production de 120.000 quintaux alors que la superficie totale consacrée à la culture de ce bulbe est de 1.923 hectares, a-t-il noté. Le même responsable a préconisé de cueillir ce légume au mois de juillet lorsqu’il sera mûr et sec et se prêtant de fait mieux pour le stockage et la transformation. Le DSA a assuré que les services agricoles tiendront «dans les prochains jours» des réunions avec les producteurs d’ail pour déterminer les quantités à stocker ou à transformer. Les données ainsi recueillies seront transmis, a-t-il noté, au ministère de tutelle pour désigner les opérateurs publics et privés qui prendront en charge les quantités disponibles de manière à garantir la disponibilité de ce légume le long de l’année. Il a rappelé à cet effet que durant la saison passée, l’Office national interprofessionnel de légumes et viandes avait pris en charge le stockage d’une importante quantité d’ail assurant une prime de stockage de 3 Da au kilogramme par mois. Le président du conseil national interprofessionnel de la filière ail, Boudjemaâ Hansali, a indiqué à l’APS que des assurances ont été présentées par le ministère de l’Agriculture pour «prendre en charge la production». Il a appelé toutefois à veiller à ne récolter l’ail qu’au terme de sa pleine maturité.

Source : lecourrier-dalgerie

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here