in

Mini-hirak à Beni Ourtilane (Sétif) : Des manifestants dénoncent les intimidations des activistes

La ville de Beni Ourtilane dans la wilaya de Sétif a été, aujourd’hui, le théâtre d’un mini-hirak. Plus d’un mois après la suspension des marches pour éviter une propagation du coronavirus, des dizaines de personnes ont renoué avec les manifestations de rue.

Ils ont battu le pavé dans la ville, aujourd’hui 1er mai, pour dénoncer la répression, les intimidations et les arrestations des activistes du hirak qui se multiplient ces derniers jours. « Ntouma ma tehachmuch, wa hna ma nehabsouche (vous, vous n’avez plus honte et nous, n’allons pas nous arrêter de vous de dénoncer)», lance la foule des manifestants qui s’est rassemblés, comme on peut le voir sur une vidéo partagée sur les réseaux sociaux, au centre-ville de Beni Ourtilane.

Comme durant les marches de vendredi du Hirak, les protestataires ont brandi des pancartes et l’emblème amazigh. Ils réclament l’arrêt de la répression et des intimidations qui visent, semble-t-il, à mettre fin au mouvement populaire.

C’est la deuxième fois, depuis la déclaration de la trêve sanitaire, que des citoyens de cette ville sortent dans la rue pour dénoncer de graves atteintes aux libertés de la part du pouvoir en place qui veut profiter de la crise sanitaire pour se venger du hirak et engager des poursuites contre des dizaines d’activistes.

En effet, malgré le confinement, la machine répressive du pouvoir tourne toujours à plein régime. Des dizaines d’activistes du hirak ont reçu des convocations des services de sécurité, d’autres ont été arrêtés et présentés devant la justice qui les a placés en détention.

Comments

  1. Mr le président Touboune,
    Vous devriez mettre cette racaille de manifestant en prison sans ménagement ….

  2. Rentré chez vous .vous rendrait. Service a tout le monde. A. Vous au pays. à vos familles.laisser le PRÉSIDENT travailler…

Loading…

0