Naâma : 3 décès et 765 cas d’envenimation scorpionique

Quelque 765 cas d’envenimation scorpionique ont été recensés dans la wilaya de Nâama, causant trois décès depuis le début de l’année en cours jusqu’à fin aout dernier, a-t-on appris auprès de la direction locale de la santé et la population (DSP). L e plus grand nombre de cas a été enregistré dans la commune d’Aïn Sefra et dans les villages rattachés aux communes de Tiout, Assla et Sfisifa, avec plus de 300 cas, notamment en juin et juillet derniers en raison de la prolifération des scorpions, a souligné le chef du service de prévention, Djellouli Saïd. Ces victimes ont été prises en charge au niveau des différents établissements de santé de proximité. Celles-ci disposent en quantités suffisantes de sérums anti-envenimation scorpionique. Depuis le début de la saison des grandes chaleurs, il a été procédé à la distribution de plus de 800 doses de sérum aux points de permanence sanitaire et des salles de soins des villages éloignés, a indiqué le même responsable. En outre, de petites unités équipées du matériel médical adéquat et du personnel nécessaire ont été affectées pour la prise en charge des personnes victimes de ces piqures. Ces petites unités sont installées au niveau des divers services de réanimation des établissements hospitaliers de santé publique pour la prise en charge des cas les plus urgents, a-t-on ajouté. D’autre part, parmi les mesures préventives adoptées pour réduire ces accidents, des actions de collecte de scorpions ont été lancées et financées au titre des travaux d’utilité publique de main d’oeuvre intensifiée (TUP-HIMO) par la direction de l’action sociale. Ces actions ont permis la collecte d’un grand nombre de scorpions dans les zones sahariennes de la wilaya. Ces insectes sont cédés à l’Institut Pasteur d’Alger, pour servir dans la fabrication du sérum anti-scorpionique. Au cours de ces derniers mois, de grandes opérations d’assainissement et de nettoiement ont été organisées dans plusieurs communes et villages de la wilaya permettant d’enlever les pierres et les détritus accumulés qui deviennent de véritables foyers de prolifération de scorpions. A noter que 58 % des cas de piqures de scorpions, enregistrés ces derniers huit mois, se sont produits à l’intérieur des maisons. Les enfants sont les plus touchés par ce problème, a-t-on rappelé.

Source : tribunelecteurs

tribunelecteurs