Nadji Safir. Chercheur en sociologie : Nous vivons la fin de deux longs cycles historiques des évolutions de la société

0

Sociologue de formation, Nadji Safir a été, à partir de 1968 notamment, chercheur en sociologie (au Cerdess, à l’Aardes et au CREA) avant d’enseigner, à partir de 1979, cette discipline à l’université d’Alger, où il a été chargé de cours.

En 1984, il est nommé chef de département des affaires sociales, culturelles, d’éducation et de formation à la présidence de la République, puis il occupera les mêmes fonctions à l’Institut national des études de stratégie globale (INESG), et ce, jusqu’en 1991. En 1996, il rejoint la Banque africaine de développement, au sein de laquelle, jusqu’en 2007, il occupera notamment les fonctions de socio-économiste en chef, chef de division du développement social pour l’Afrique centrale et représentant résident à Madagascar. Il est l’auteur de nombreuses publications en Algérie et à l’étranger.

-Dans une contribution à un ouvrage collectif récemment publié en anglais sur l’Algérie, vous expliquez que, fondamentalement, deux grandes logiques rentières systémiques étaient depuis longtemps à la base du fonctionnement du système politique algérien. Expliquez-nous votre démarche…

Lire aussi  Liberté provisoire pour 20 manifestants

L’ouvrage concerné doit tout à son concepteur, Yahia Zoubir, spécialiste de relations internationales, qui a porté le projet à bout de bras. Il regroupe les contributions de 22 collègues algériens, vivant en Algérie et à l’étranger, et a été publié en anglais par Routledge. Nous préparons une édition en français chez un éditeur parisien et nous espérons qu’une maison d’édition algérienne sera intéressée par l’ouvrage. Vos lecteurs trouveront plus d’informations sur le site de l’éditeur. Ma contribution – «L’Algérie des années 2000 : un système rentier en crise» – constitue le premier chapitre de l’ouvrage.

J’y présente mon cadre d’analyse des évolutions du système politique algérien qualifiable d’autoritaire et qui repose sur le rôle déterminant qu’y occupe un paradigme bi-rentier structuré autour de deux rentes systémiques : l’une, endogène, politique, d’origine historique et de nature symbolique constituée à partir de l’instrumentalisation par les acteurs politiques d’un passé national commun, lié à la Guerre de Libération nationale, et visant le renforcement de leur légitimité sociale dans les diverses compétitions auxquelles ils participent ; l’autre, exogène, énergétique, d’origine extractive et de nature économique liée à la différence existant entre les coûts locaux de production des hydrocarbures et le prix auquel ils sont vendus sur le marché mondial et qui est donc une variable exogène.

Lire aussi  Djamel Belmadi à propos des adversaires des verts : Chaque match sera une bataille

 

Source : elwatan.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici