Nâmane Laouar, cadre du MSP, à propos de l’initiative du « consensus national » de Makri : «Le projet n’a pas été soumis au Conseil consultatif »

Sur les colonnes du journal arabophone El-Bilad, édition d’hier, l’ex-vice-président du MSP et ancien chef de son groupe parlementaire, Naamane Laouar, a attaqué le président du parti Abderrazak Makri, au sujet de son initiative du «Consensus national», l’accusant sans détour d’agir sans consultation de l‘organe décisionnel du parti, à savoir le Conseil consultatif. On savait qu’entre la ligne participationniste incarnée par l’ancienne direction du MSP et la ligne dure dont le chef de file est le président actuel Makri, l’ambiance n’était pas vraiment à la chaude camaraderie. Dans ce contexte, il n’est pas vraiment étonnant de voir de nouveau les deux lignes antipathiques se livrer bataille après une période de grâce suite au congrès du parti en mai dernier. Premier à tirer : Naâmane Laouar, qui a accusé Makri d’agir en solo et d’avoir une position très restrictive de son initiative de Consensus national, après l’échec des rencontres visant à convaincre les autres partis politiques de la consistance de cette idée. «Je vous le confirme, (l’initiative de Consensus national) n’a pas été soumise à la session du Conseil consultatif, car elle était lancée avant même la tenue de la dernière session du Conseil.
Nous avions souhaité que cette initiative aurait été d’abord exposée devant le Conseil pour débat et ensuite la lancer sur la scène politique», a déclaré Laouar à El-Bilad. Des accusations claires d’exclusion des débats du Conseil consultatif, à l’encontre du président du parti qui a annoncé récemment que sa formation «établira un bilan préliminaire» de ladite initiative sur le « Consensus national» autour des présidentielles de 2019. «Pour nous, l’initiative de Consensus national n’a pas été débattue au sein du Conseil consultatif, elle était lancée avant la tenue des rencontres avec le FLN, la formation de Benflis ainsi que d’autres partis. Ce qui confirme que l’initiative a été bien décidée avant la tenue de la session du Conseil consultatif. C’est-à-dire que le débat n’a pas été élargi à toute la direction, mais y était resté dans un cadre restreint», a ajouté Laouar. Interrogé sur les affirmations de Makri qui insiste souvent que son initiative est l’émanation du dernier Congrès du MSP, Laouar pointe une «ruse» de Makri, qui aurait utilisé l’intitulé du congrès pour justifier le lancement de son initiative.
«Nommons les choses par leurs noms, y’avait-il durant le congrès quelque chose à propos de «Consensus» ? Le congrès portait le slogan du consensus, mais il n’a pas défini une initiative précise comme en parle Makri. Le congrès n’a pas débattu des détails», a dénoncé Laouar. Dans un autre registre, laouar a exprimé des doutes quant à la réussite de l’initiative Makri pour «un consensus national». «La majorité des partis refusent cette initiative, donc on ne peut pas parler de consensus ou d’initiative. C’est comme si on est revenu au point de départ. La question a changé et son contenu aussi. Toute initiative est régie par des objectifs. Donc, si les objectifs s’avèrent irréalisables, cela veut dire que l’initiative n’a pas abouti», a expliqué Laouar.
Hamid Mecheri


Source : lecourrier-dalgerie

lecourrier-dalgerie